•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du vendredi 16 avril 2021

La FIQ locale très préoccuppée

Pénurie de main-d'oeuvre en santé « la pression est insoutenable », dit la FIQ

Publié le 16 avril 2021
Une infirmière portant des gants.
Une infirmière au travailPHOTO : Radio-Canada / Julie Tremblay

Le président du syndicat interprofessionnel en soins de santé de l'Abitibi-Témiscamingue (FIQ-SISSAT), Jean-Sébastien Blais, dresse un portrait sombre du système de santé en Abitibi-Témiscamingue.

En ce moment, la pression est insoutenable. Ça pète de partout comme on aimerait dire. Le temps supplémentaire explose. On est rendu avec du temps supplémentaire obligatoire dans des centres d’activités auxquels il n’y en avait pas avant, déplore-t-il.

Il réagissait ainsi aux coupures de services annoncées par la direction du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue en raison de la pénurie de personnel. Jean-Sébastien Blais indique que les unités d’obstétrique sont les plus vulnérables dans la région.

Dès le 29 avril, des femmes du Témiscamingue devront temporairement accoucher ailleurs qu’à Ville-Marie puisque le département d’obstétrique fermera ses portes. La durée prévue est d’au moins quatre semaines.

À Rouyn-Noranda, les chirurgies non urgentes sont annulées, aussi pour une période d’au moins quatre semaines à compter du 19 avril.

Jean-Sébastien Blais rappelle les conséquences des mesures annoncées à la fin du mois de mars par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, pour encadrer le recours à la main-d'œuvre indépendante provenant d’agences de placement.

Le fait que certaines main-d'œuvre indépendantes ont quitté avec l’arrêté ministériel a accentué la pression c’est sûr sur nos équipes. On avait 30 % des heures travaillées qui était fait par cette main-d'œuvre là et en plus on envisage que ça ne passera pas pour l'été avec les vacances des infirmières qui arrivent, affirme-t-il.

Le président du syndicat interprofessionnel en soins de santé de l'Abitibi-Témiscamingue s'attend à d'autres coupures de services au cours des prochains mois et des prochaines années.