•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du jeudi 15 avril 2021

Les abitibiennes pourraient avoir accès à des sages-femmes bientôt

Des étudiants veulent implanter le service de sage-femme en Abitibi-Témiscamingue

Publié le 15 avril 2021
Gros plan sur les pieds nus du bébé.
Des étudiants de l'Abitibi-Témiscamingue en pratique sage-femme à l’Université du Québec à Trois-Rivières souhaitent développer le service dans la région.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des étudiants au baccalauréat en pratique sage-femme à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) souhaitent pratiquer chez eux, en Abitibi-Témiscamingue.

Une page a été créée pour informer la population sur le dossier et déboulonner les mythes.

La sage-femme va offrir un suivi normal de grossesses, des rencontres au même stade qu’un suivi avec un médecin. On va prescrire les mêmes examens et les mêmes tests. C’est gratuit également quand vous obtenez par exemple la carte de la RAMQ, décrit Emmy Noël de La Sarre. Elle souhaite aussi faire avancer le dossier avec son coéquipier Alexandre.

Les sages-femmes suivent normalement les femmes enceintes en équipe de deux et rencontrent la mère et l’enfant jusqu’à six semaines après la naissance.

Dans la pratique sage-femme, c’est beaucoup les mouvements citoyens, les mouvements des familles qui font en sorte que les maisons de naissance viennent plus rapidement vu qu’il y a un besoin, soutient Emmy Noël.

Danaé Roy-Gaudet de Rouyn-Noranda indique que les étudiants doivent faire leurs stages dans deux régions différentes de la province.

C’est un bac de 4 ans et demi. Il y a six sessions sur neuf qui sont en stages jumelés à des cours théoriques à distance. C’est vraiment un programme axé sur la pratique. On va se pratiquer beaucoup et à la fin de nos études on va en avoir vu beaucoup des accouchements et on va vraiment être prêtes à se lancer dans le métier, dit-elle.

Les étudiants sont en contact avec le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et le comité Objectif sages-femmes dont les membres veulent aussi obtenir le service dans la région.