•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 13 avril 2021

C'est juste des allergies?

Allergies saisonnières ou symptômes de la COVID-19? Les conseils d'un médecin

Publié le 13 avril 2021
Une fillette éternue devant des fleurs.
Les allergies saisonnières sont désagréables pour ceux qui en souffrent. PHOTO : iStock / Big Pappa

Avec le retour du printemps, plusieurs personnes recommencent à ressentir les symptômes reliés aux allergies saisonnières. Et certains de ces symptômes ressemblent à ceux de la COVID-19. Doit-on prendre systématiquement un rendez-vous pour subir un test de dépistage? Le Dr Jean-Yves Boutet nous aide à y voir plus clair.

[Les allergies saisonnières] ne sont pas une infection. C’est une inflammation liée à une réaction allergique. C’est souvent le nez et les yeux qui piquent, explique d’abord le médecin de famille à Amos.

Les personnes qui ont des allergies prennent en général des antihistaminiques pour traiter les symptômes. Quand c’est quelque chose de nouveau qu’on ne connaissait pas, il faut être un peu plus prudent. C’est la même chose pour la toux, affirme le Dr Jean-Yves Boutet.

Tableau comparatif entre les symptômes de la COVID-19, soit toux sèche, fièvre, difficulté respiratoire, perte soudaine de l'odorat sans congestion nasale, et les allergies saisonnières, soit les éternuements, yeux et/ou nez qui piquent, nez qui coule avec sécrétion claire. Source : MSSS.

Au Québec, 25% des personnes souffrent d'allergies saisonnières.

Radio-Canada

Cliquez sur l’audiofil pour écouter les conseils du Dr Boutet.

La COVID c’est une infection par un virus. Il peut y avoir un mal de gorge, le nez qui coule et il peut y avoir évidemment de la température, ajoute-t-il.

Le Dr Boutet soutient qu’il est possible de rencontrer un médecin ou obtenir un rendez-vous téléphonique. En cas de doute, il conseille de subir un test de dépistage. Le Dr Boutet se dit conscient des contraintes que cela implique.

Actuellement, la problématique qu’on a c’est que les variants sont beaucoup plus contagieux. On parlait de 30 %, c’est rendu 45 % de contagiosité. On se doit d’être extrêmement prudent tant que les gens ne seront pas vaccinés, explique-t-il.