•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 30 mars 2021

Votre vue et votre vie sur les écrans

Pandémie : les conséquences du temps d'écran sur la vue

Publié le 30 mars 2021
Une femme assise devant un ordinateur portable se frotte les yeux en tenant ses lunettes d'une main.
Les yeux et l'écran d'ordinateur, de téléphone intelligent ou de tablette doivent être suffisamment distancés pour éviter des problèmes oculaires. PHOTO : iStock

La pandémie de coronavirus a chamboulé nos habitudes de vie. Si le temps d'écran a augmenté dans les foyers, le nombre de consultations chez l'optométriste est également plus élevé.

Dans un article publié dans le magazine La Conversation, le professeur titulaire de l’École d'optométrie de l’Université de Montréal, Langis Michaud, soulève les conséquences du temps d’écran sur nos yeux.

Des yeux qui fatiguent, chauffent et piquent. Des yeux qui larmoient. Des difficultés de concentration, sensibilité à la lumière, des lettres qui sautent et dansent, bref ce sont toutes sortes de symptômes qui nous sont rapportés et qui n’étaient pas nécessairement présents avant la pandémie, rapporte-t-il.

Pour écouter l'entrevue à l'émission Des matins en or, cliquez sur le l'audiofil.

Langis Michaud rappelle que l’écoute à la pénombre est contre-indiquée. Il suggère aussi de prendre une pause d'une à deux minutes pour chaque 30 minutes d’écran.

Pour l’écoute de séries télévisées par exemple, le téléviseur est un choix plus optimal que la tablette électronique.

Un quai de bois dans la forêt donne sur un lac.

Le Parc national d'Opémican

Guillaume Rivest

Sortir de la maison

Une heure d’activités extérieures par jour est aussi recommandée.

Le plus bel écran du monde c’est celui de la nature. En Abitibi, Dieu sait que vous êtes bien servis par ça, souligne Langis Michaud.