•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du jeudi 18 mars 2021

On découvre le livre de l'aventurier Samuel Lalande-Markon

Traverser le Québec de Montréal à Kuujjuaq, le récit de Samuel Lalande-Markon

Publié le 18 mars 2021
Samuel Lalande-Markon tient une rame près d'un plan d'eau.
Samuel Lalande-Markon affirme avoir demandé l'aide des professionnels pour préparer la portion en canot de son périple puisqu'il considérait cet aspect comme sa faiblesse.PHOTO : Gracieuseté

Traverser le Québec, de Montréal à Kuujjuaq en vélo et en canot, c'est le défi que s'était lancé Samuel Lalande-Markon en 2018. L'aventurier raconte son expédition Transtaïga dans le livre La Quête du retour qui paraîtra mardi.

Le musicien classique de formation s’est découvert une passion pour ce type d’aventures. Cette traversée lui aura pris 31 jours.

La première portion à vélo a été réalisée en solo et ensuite j’avais trois amis qui montaient en van qui sont partis quelques jours après moi. Ils m’ont dépassé éventuellement sur la route vers la fin de la route Transtaïga à la pourvoirie Mirage et ultimement au réservoir Caniapiscau et ensuite j’avais un partenaire avec qui j’ai fait la portion canot, explique Samuel Lalande-Markon.

David Désilets et Samuel Lalande-Markon portent une veste de flottaison près d'un cours d'eau.

David Désilets a accompagné Samuel Lalande-Markon en canot au Nunavik

Gracieuseté

Ce que je trouvais fascinant là-dedans c’était, depuis la porte avant de chez moi, je pouvais rouler ce grand territoire là et connecter jusqu’à la Baie d’Ungava en passant par plein de zones qui sont intermédiaires notamment l’Abitibi, affirme le Montréalais.

L'eau tumultueuse près d'un forêt.

Samuel Lalande-Markon n'en était pas à sa première expédition au Québec.

Gracieuseté

Les réseaux sociaux et l’entraide en Abitibi-Témiscamingue lui auront permis de poursuivre son périple à la suite d’une crevaison sur la route à Saint-Dominique-du-Rosaire.

J’ai réussi à me rendre à Matagami, mais là j’ai été pris pour une journée. Grâce à la très grande solidarité des gens en écrivant sur Facebook, il y a quelqu’un à Amos qui a pu aller m’acheter des pneus au Sports Experts, envoyer ça et je les ai eu le jour même, raconte Samuel Lalande-Markon.