•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 9 février 2021

Confinement en CHSLD :  pas simple pour personne

Confinement en CHSLD : des retrouvailles entre un traumatisé crânien et ses parents

Publié le 9 février 2021
Marie Grondin est en compagnie de son fils et son mari.
La famille avait l'habitude de se voir chaque jour avant la pandémie.PHOTO : Gracieuseté

La mère d'un homme traumatisé crânien qui vit en Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) se réjouit de retrouver son fils grâce au passage de l'Abitibi-Témiscamingue en zone orange.

Le fils de Marie Grondin de Saint-Mathieu-d’Harricana a été placé dans un CHSLD il y a plus de 20 ans à la suite d’un grave accident de voiture. Avec son mari, elle avait l’habitude de l’accueillir à la maison chaque jour.

Pour écouter son témoignage, cliquez sur l’audiofil.

Le premier confinement au mois de mars 2020 a été difficile sur la petite famille puisque Marie Grondin et son mari n’ont pas été considérés comme proches aidants. Ils n’ont donc pas pu continuer la routine établie depuis de nombreuses années.

En étant confiné, il a perdu de la mobilité, on trouve qu’il a vieilli beaucoup, décrit-elle.

Des appels vidéo leur ont permis de se parler et de se voir lors du premier confinement. L’humour permet à la famille de passer à travers la pandémie.

Sans pouvoir le sortir du CHSLD, ils ont pu être reconnus comme proches aidants au cours des dernières semaines.

Il nous disait “ il est où mon manteau rouge? Je veux aller dehors, je veux aller dehors”, mais là dernièrement on dirait qu’il s’était comme résigné. Même s’il n’a pas beaucoup de mémoire, il a fini par retenir que c’était “ la maudite COVID-19 “ qui l’empêchait de sortir, affirme Marie Grondin.

La famille a prévu se réunir ce mardi, pour la première fois depuis le 17 décembre.

Le premier confinement commençait le 13 de mars et la première sortie qu’il a eu droit, ça a été le 19 juin. Après ça pour la deuxième [vague] de la pandémie, il a été confiné à partir du 17 décembre. On le sort aujourd’hui. Alléluia!, s’exclame-t-elle.