•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du lundi 8 février 2021

Le rôle de proche aidant chamboulé par la pandémie

Le rôle de proche aidant chamboulé par la pandémie

Publié le 8 février 2021
Une femme plus jeune tient la main d'une femme âgée.
Une personne aînée et une aidantePHOTO : iStock

Une proche aidante de Rouyn-Noranda observe de près les impacts des différentes consignes sanitaires en raison de la pandémie comme le confinement sur l'autonomie de sa mère.

Céline Gauvin est proche aidante auprès de sa mère de 84 ans qui souffre d’un trouble cognitif depuis quelques années. Elle n’a pas pu voir sa mère pendant trois mois en 2020, entre mars et juin.

On n’a jamais voulu reconnaître mon rôle de proche aidant alors que moi j’ai toujours pris les taux de glycémie à ma mère, j’ai toujours été présente auprès d’elle, raconte Céline Gauvin.

La maladie a aussi fait en sorte que les retrouvailles ont été difficiles entre les deux femmes. La proche aidante explique que sa mère n’a pas conscience de la pandémie et de ses conséquences.

Elle n’avait pas idée du temps, mais elle m’en voulait parce que ça faisait trop longtemps qu’elle ne m’avait pas vu et en plus je portais un masque, se souvient-elle.

Sa mère logeait dans un centre d’hébergement dans la région jusqu’à ce qu’elle doive être hospitalisée. C’est à ce moment que le rôle de Céline Gauvin s’est transformé.

Le 23 mai dernier, elle a eu un petit problème physique, ce qui fait qu’ils l'ont expédié à l'hôpital. Elle est à l’hôpital depuis le 23 mai, dit-elle.

Céline Gauvin considère que la ténacité est nécessaire pour poursuivre son rôle. Entre les nombreux transferts de sa mère et la maladie cognitive qui progresse.
Je fais des traitements aux pieds, je lui fais faire des exercices confinés dans sa chambre parce qu’on ne peut pas se déplacer. Je lui fais faire des jeux de mémoire, je lui apporte des albums de photos pour qu’elle me dise le nom des gens, explique-t-elle.

Aujourd'hui, le couvre-feu passe de 20 h à 21 h 30. Ces précieuses minutes lui permettront de voir sa mère un peu plus longtemps et de s’assurer qu’elle s’endort paisiblement.