•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Début des audiences du BAPE - préoccupations locales

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 22 septembre 2020

Début des audiences du BAPE - préoccupations locales

Audiences du BAPE sur le projet Énergie Saguenay : les préoccupations en Abitibi-Témiscamingue

Des experts attendent le début des audiences.
La consultation, menée par une commission indépendante formée de deux commissaires et de trois analystes spécialisés dans les changements climatiques, se déroulera toute la semaine à l’hôtel Le Montagnais, à Chicoutimi.PHOTO : Melyssa Gagnon
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 22 septembre 2020

La Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda écoute attentivement les audiences du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) sur le projet Énergie Saguenay de l'entreprise GNL Québec qui se déroule cette semaine à Chicoutimi.

J’ai eu la chance de pouvoir les écouter hier [en ligne] dans leur entièreté. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il y a deux parties des audiences. On est dans la partie des questions où on peut avoir des éclaircissements autant au niveau de l’initiateur, du promoteur que des différents ministères impliqués. On a appris plusieurs choses intéressantes hier, des confirmations de ce qu’on se doutait déjà. Par exemple, quelle était la composition, de quelle façon est extrait le méthane qui va circuler dans le pipeline et qui va être liquéfié à Saguenay. On apprend que 80 % seront faits par fracturation en Alberta, décrit François Gagné, porte-parole de la Coalition Anti-Pipeline de Rouyn-Noranda.

Pour écouter l’entrevue complète, cliquez sur l’audiofil.

Deux hommes parlent dans un restaurant. Un pancarte indiquant « Non à Gazoduq » est placée près d'eux.

Stéphane Hénault et François Gagné sont co-porte-parole de la CAP-RN.

Radio-Canada / Piel Côté

Il également été question du projet de pipeline de Gazoduq qui passerait par l’Abitibi-Témiscamingue. Le Commissaire monsieur Bergeron a demandé à ce que Gazoduq vienne nous faire un état de situation. Où ils en sont rendus. Hydro-Québec à ce que je crois comprendre va faire la même chose. Alors on va avoir des informations qu’on n’a pas la chance d’avoir présentement, de savoir l’heure juste, elle est où au niveau de Gazoduq, résume-t-il.

Les audiences se terminent vendredi et a journée du 26 octobre est réservée pour le dépôt de mémoires.