•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un abattoir devrait voir le jour en Abitibi-Témiscamingue

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mardi 16 juin 2020

Un abattoir devrait voir le jour en Abitibi-Témiscamingue

Un abattoir devrait voir le jour en Abitibi-Témiscamingue

Deux morceaux de steak crus sur une planche noire.
Des pièces de viande vendues à la Boucherie Des Praz.PHOTO : Gracieuseté de Christel Giroux et Sylvain Fleurant
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 16 juin 2020

La possibilité de construire un abattoir en Abitibi-Témiscamingue est une idée qui circule depuis des années dans la région, particulièrement dans le milieu agricole. La boucherie Des Praz, à Rouyn-Noranda, va en construire un pour étendre la distribution de ses produits. Christel Groux, copropriétaire de la Boucherie des Praz et une des instigatrices du projet d'abattoir, explique en quoi consiste ce projet.

Christel Groux indique que la boucherie Des Praz est propriétaire d’un abattoir de proximité à Évain depuis 2017. Cependant, le permis d’abattoir de proximité restreint les activités autorisées.

Les animaux qu’on abat ne peuvent pas servir à la commercialisation dans les restaurants ou épiceries, c’est vraiment pour une vente directement au consommateur, souligne-t-elle. Ainsi, les pièces de viande peuvent par la suite être vendues dans leur boutique, livrées, ils peuvent aussi abattre les animaux de producteurs pour leur propre consommation.

Christel Groux et Sylvain Fleurant se tiennent côte à côte dans le magasin.

Christel Groux et Sylvain Fleurant, tous deux derrière le projet d'abattoir et propriétaires de la boucherie Des Praz.

Radio-Canada / Gracieuseté de Christel Groux et Sylvain Fleurant

Les propriétaires pensaient déjà à changer leur permis depuis quelque temps, et, leur infrastructure de l’abattoir actuel étant vieillissante, ils ont décidé de construire un tout nouvel abattoir avec un autre permis pour élargir leur distribution du même coup.

Dans le contexte actuel, on se rend compte qu’il y a vraiment un besoin, la demande pour produits locaux est très grande, alors on a décidé qu’on allait de l’avant avec toutes les démarches parce qu’on s’entend que ça va être un long chantier, indique-t-elle.

Christel Groux rapporte qu’un abattoir avec un permis provincial permettrait d’offrir des services actuellement pas disponibles dans la région. La Boucherie Des Praz souhaite aussi faire rayonner ses produits et développer leur filière de boeuf.

Le producteur, par exemple, qui veut fournir la cantine de son village en viande hachée pour l’été, pourrait abattre des animaux dans cet abattoir-là, repartir avec sa viande et la commercialiser dans la petite cantine ou l’épicerie du village [...] donc il y a des producteurs qui pourraient en bénéficier.

Elle reconnaît toutefois que le processus pour construire le nouvel abattoir risque d'être long. Des restaurateurs ont d’ailleurs déjà contacté la boucherie, rapporte Christel Groux, pour faire part de leur intérêt à se procurer de la viande de cet abattoir. La copropriétaire de la boucherie Des Praz espère qu’en 2021, au plus tard en 2022, le nouvel abattoir soit fonctionnel.