•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mercredi 10 juin 2020

La douleur chronique :  c'est son dossier

La douleur chronique, c'est son dossier

Publié le 10 juin 2020
Une femme pose pour une photo professionnelle dans un couloir de l'UQAT.
Anaïs Lacasse, professeure en sciences de la santé à l'UQATPHOTO : Louis Jalbert

Anaïs Lacasse, professeure et chercheure à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) en épidémiologie de la douleur chronique, a reçu une bourse afin de mener des recherches pendant deux ans.

La professeure souligne que la douleur chronique est une condition qui affecte une partie importante de la population, mais que la recherche et les traitements ne sont pas encore avancés.

C’est une maladie fréquente, ça affecte en moyenne 1 personne sur 5, mais malgré tout, le traitement n’est pas optimal, il y a vraiment du chemin à faire pour soigner les gens, déplore-t-elle.

« C’est une condition sous-reconnue et pas bien traitée, malheureusement. »

—  Anaïs Lacasse, professeure et chercheure à l’UQAT en épidémiologie de la douleur chronique

La douleur chronique comprend plusieurs maladies, maux et groupes d’âge. Anaïs Lacasse mentionne par exemple l’arthrite, les maux de cou,les maux de dos, les douleurs abdominales, etc. Les personnes de tous les groupes d’âge peuvent en souffrir.

Ça affecte toutes les sphères de la vie des personnes aux prises avec cette condition-là, indique Anaïs Lacasse.

Grâce à la bourse, la professeure pourra se pencher pendant deux ans sur trois grands axes de recherche : les trajectoires de soin des personnes souffrant de douleurs, les traitements pharmacologiques et non pharmacologiques ainsi que la recherche en douleur chronique.

On est en train de voir où on peut agir en trouvant les lacunes dans le système de soin, dit la professeure.