•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Commerce en ligne :  un virage à prendre qui presse

Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du lundi 27 avril 2020

Commerce en ligne :  un virage à prendre qui presse

Commerce en ligne : un virage à prendre avec la crise sanitaire

Une femme devant un clavier d'ordinateur tient une carte de crédit dans sa main.
Achats en lignePHOTO : Radio-Canada
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 27 avril 2020

Malgré notre volonté d'encourager l'économie locale, il peut être difficile de les trouver en ligne les produits qu'on cherche chez un commerçant du coin. Une quarantaine de commerçants de l'Abitibi-Ouest pourront participer à une formation, animée par Michelle Blanc, sur le commerce en ligne grâce à une initiative de la Chambre de commerce et d'industrie.

Souvent, les gens ont l’impression que le web, c’est la panacée, mais rien que d’être déjà en ligne positivement, c’est le début des transactions, c’est le début des affaires et si vous pouvez vous rendre jusqu’à avoir tout votre inventaire en ligne tant mieux, affirme la spécialiste du web et experte en commerce électronique, Michelle Blanc.

Les quatre ateliers de deux heures porteront notamment sur les mythes associés aux médias sociaux et au web, l’écriture pour ces plateformes et les relations publiques numériques. Michelle Blanc souligne d’ailleurs que la formation sera jumelée la plateforme Espace AO, où ils pourront afficher leur commerce.

Il y a toutes sortes d’initiatives de production locale qui malheureusement sont inconnues de leur propre voisin, alors Espace AO va aider les entreprises et les consommateurs à se reconnaître, dit-elle.

Cependant, la mauvaise qualité du réseau dans plusieurs régions du Québec, dont l’Abitibi-Ouest, nuit aux gens d’affaires qui souhaitent développer leur commerce en ligne.

Ça, c’est un problème pour lequel je milite depuis au moins 10 ans, que je dis qu’il faudrait mettre de la fibre optique à la grandeur de la province. J’ai l’impression que depuis 10 ans, de prêcher dans le désert, mais, éventuellement, on va y arriver et tranquillement les choses s’améliorent, estime-t-elle.

Les inscriptions pour la formation se terminaient hier, mais des places demeurent disponibles pour ceux qui souhaitent participer.