•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du mercredi 23 juin 2021

L'histoire de Métal Marquis sur un mur extérieur de l'entreprise de La Sarre

L'histoire de Métal Marquis sur un mur extérieur de l'entreprise de La Sarre

Publié le 23 juin 2021
Les artistes travaillent sur l'image d'un soudeur au travail.
L'oeuvre fait 53 mètres de long.PHOTO : Radio-Canada / Janis Rivard

À La Sarre, la direction de Métal Marquis souhaitait rafraîchir l'extérieur de la bâtisse. Un investissement de 30 000 dollars par l'entreprise et la Ville via le Programme d'art mural a été nécessaire pour la création de la murale.

Les dessins représentent la transformation du métal, de la forge au soudeur d'aujourd'hui. Les autres sections c’est vraiment nos champs d’activités, forestier, minier, indique Gérald Arsenault, directeur des ventes et estimations chez Métal Marquis.

Des cercles sont dessinés sur la surface côtelée.

La surface du mur qui n'est pas droite ajoute un élément de difficulté aux artistes. Le dessin peut être déformé lorsque regardé de côté.

Radio-Canada / Janis Rivard

Stéphanie Dupré-Guilbert, résidente de La Sarre, est conceptrice de la murale.

Je suis vraiment fière de l’Abitibi-Ouest. Je trouve qu’ils développent beaucoup de projets artistiques et qu’on a des personnes, des artistes en région qui sont là pour nous aider à faire exploser l’art partout. En Abitibi-Ouest avec leur nouveau projet de murales, je trouve que c’est de mettre accessible l’art à tous, dit-elle.

Une murale à La Sarre en Abitibi-Ouest.

Stéphanie Dupré-Guilbert se concentre sur les gros plans et les couleurs vives.

Radio-Canada

Cliquez sur l'audiofil pour écouter la chronique culturelle de Vanessa Limage.

Une équipe féminine

La confection de la murale représente quatre semaines de travail avec l’aide de Caroline Blouin de Val-d’Or, Valérie Hamelin, Julie Mercier et Ariane Ouellet, toutes les trois de Rouyn-Noranda.