•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Des matins en or ICI Première.
Des matins en or ICI Première.
Rattrapage du jeudi 16 juillet 2020

Plein air avec Guillaume Rivest

Plein air avec Guillaume Rivest : la rivière Dumoine

Publié le 16 juillet 2020
Un canot sur une rivière à côté d'une haute falaise rocheuse.
Guillaume Rivest rapporte que les paysages sur la rivière Dumoine sont à couper le souffle.PHOTO : Gracieuseté

Cette semaine Guillaume Rivest nous amène à la frontière entre l'Outaouais et le Témiscamingue, sur la rivière Dumoine.

Guillaume Rivest rêvait depuis longtemps d’aller sur la rivière Dumoine.

Dans le milieu du canot, c’est un peu la mecque des rivières au Canada, mentionne-t-il, et ce, pour plusieurs raisons.

Premièrement, parmi les grands cours d’eau qui se jettent dans la rivière des Outaouais, la rivière Dumoine est l’un des seuls qui n’est pas entravé par des barrages.
De plus, la rivière Dumoine était l’une des favorites de Bill Masson, qui a longtemps été considéré comme le plus grand canotier canadien. Il a développé entre autres de nombreuses techniques modernes du canot d’eau vive et également écrit beaucoup de livres sur le sujet.

Deux personnes eu un chien dans un canot sur un rapide.

Des canotiers s'aventurent sur la rivière Dumoine.

Gracieuseté

Guillaume Rivest souhaitait aussi parcourir la rivière Dumoine, car on lui avait souvent parlé de son caractère sportif et ses incroyables paysages.

On m’avait vanté les paysages extraordinaires de la rivière. Et bien franchement, ils étaient encore plus beaux que ce que j’imaginais, rapporte Guillaume Rivest.

Parmi ses coups de coeur, Guillaume Rivest mentionne notamment les grosses chutes et la falaise de l’aigle à tête blanche, qu’il qualifie de majestueuse.

Une rivière qui n'est pas pour les débutants

Cependant, la rivière n’est pas accessible aux canotiers de tous les niveaux. Premièrement, il faut parcourir près de 100 km de chemin forestier pour se rendre à la mise à l’eau.
Deuxièmement, cette rivière comporte plusieurs défis.

Durant 4 jours, on a parcouru entre 40 et 50 rapides différents qui vont de classe 1 à classe 3 et on a fait du portage sur plusieurs autres rapides, raconte-t-il

Il recommande d’avoir de l’expérience en eau vive, de savoir bien lire une carte topographique et d’avoir le bon équipement.

Toutefois, il est possible d’aller voir les grandes chutes de la rivière Dumoine à travers le chemin de la ZEC des rapides des Joachins, mais Guillaume Rivest prévient que le chemin ne se trouve pas dans un très bon état.

C’est certain que vous ne regretterez pas d’aller voir ce que je considère désormais comme la plus belle chute de la région, affirme-t-il.