•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Une pièce de théâtre de Shakespeare... en spectacle de lutte

Un homme appuie son pied sur la main d'un autre homme couché par terre.
Les comédiens lors de la répétition de Dick the Turd.PHOTO : Tiré de la vidéo Allier Shakespeare et lutte... c'est possible
Des matins en or ICI Première.
Des matins en orPublié le 9 mars 2020

Un groupe de comédiens diplômés de l'École supérieure de théâtre de l'UQAM est en résidence de création à l'Agora des Arts de Rouyn-Noranda afin d'y présenter une pièce de théâtre de Shakespeare en gala de lutte contemporaine.

Dick the Turd consiste à jouer la pièce Richard III sous la forme de match de lutte où Dick tente par tous les moyens de remporter la ceinture.

Jérémie Poirier explique que la pièce se transpose parfaitement à la lutte.

Des gens posent des tapis mous sur une scène en bois.

Les comédiens préparent la scène, qu'ils ont bâtie eux-mêmes.

Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

La lutte et Richard III partagent un même thème, soit la quête de devenir un champion. Dans Richard III, le personnage principal désire devenir roi, alors que dans les combats de lutte, l’un des joueurs tente d’être le grand gagnant.

Étudier la lutte pour faire du théâtre

Les acteurs ont suivi des cours de lutte professionnelle pendant trois mois, en accéléré. De plus, ils s'entraînent plusieurs fois par semaine.

Il faut sortir un texte au travers de gros mouvements comme ça, souligne Jérémie Poirier. Il ne faut pas perdre notre fil de pensée, il faut quand même rester très concentré, alors ça exige quand même une préparation assez haute.

Il ajoute d’ailleurs que les étudiants n’ont subi aucune blessure. La comédienne Matilde Lopes-Fadigas raconte que les cours de lutte que les cours de lutte ont plus aux étudiants.

À la base, c’est quelque chose qui nous appelait tous, dit-elle. J’ai une formation de gymnaste, la plupart on aime ça courir partout.

La pièce sera présentée mardi à 20h à l’Agora des Arts.