•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Exode des médecins de famille en Ontario et manque infirmières CUPE

Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du mardi 27 septembre 2022

Exode des médecins de famille en Ontario et manque infirmières CUPE

Comment contrer la pénurie du personnel en santé en Ontario ?

Un infirmier remplit une seringue avec le vaccin contre la COVID-19.
Les hôpitaux doivent recruter annuellement 15 milles employés pour maintenir un niveau acceptable de soins dans la ville reinePHOTO : Shutterstock / LookerStudio
Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïquePublié le 28 septembre 2022

Michel Grignon, professeur au département d'économie et au département de santé, du vieillissement et de la société à l'Université McMaster, croit que le gouvernement a vu venir le problème de pénurie de main-d'œuvre en santé, mais leurs solutions n'étaient pas intelligentes.

Selon le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), les hôpitaux doivent recruter annuellement 15 000 employés pour maintenir un niveau acceptable de soins dans la Ville Reine.

Dans un deuxième temps, le regroupement d'hôpitaux Unity Health Toronto a publié hier les résultats d’une étude qui apprend qu’environ 3 % des médecins de famille de la province, ont cessé de pratiquer entre mars et septembre 2020.

« Embaucher des médecins formés à l’étranger est une bonne piste à envisager, mais pose une question d’éthique. »

— Une citation de  Michel Grignon, professeur au département d'économie et au département de santé, du vieillissement et de la société à l'Université McMaster

Malgré le bien fondé de cette approche, il se demande si c'est la bonne décision d’aller prendre des médecins dans des pays qui en ont cruellement besoin beaucoup plus que nous.

Selon Michel Grignon, une autre piste de solution serait d’accueillir des personnes qui ont fait leurs études de médecine à l’étranger et de leur offrir une résidence ici afin qu’elles puissent terminer leurs études au Canada.