•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Toronto parmi les meilleurs villes pour les cinéastes en 2022

Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 26 janvier 2022

Toronto parmi les meilleurs villes pour les cinéastes en 2022

Toronto parmi les meilleurs villes pour les cinéastes en 2022

Un assistant tient un porte-voix près de la rue Yonge où est tournée une scène du film Suicide Squad avec une voiture.
Toronto est depuis longtemps un grand centre de tournage pour la télé et le cinéma. PHOTO : La Presse canadienne / Chris Young
Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïquePublié le 27 janvier 2022

Toronto se hisse à la deuxième position du classement du magazine MovieMaker des meilleurs endroits où vivre et travailler en tant que cinéaste en 2022. La Ville Reine a gagné 10 places depuis l'année dernière. Magali Simard, adjointe au développement du secteur cinématographique de la Ville de Toronto, affirme que pour maintenir cette cadence, 10 000 employés dans l'industrie devront être formés dans l'avenir.

Selon Magali Simard, le succès de Toronto repose sur son écosystème prêt à attirer davantage de projets et de talents. Elle cite en exemple des investissements de la Ville et les exploitants des studios mondiaux qui permettront une augmentation de l’espace de production d’ici 5 ans.

« C’est indicateur de l’ampleur que l’industrie a prise à Toronto et surtout l’intégration de celle-ci dans la vie courante des Torontois. »

— Une citation de  Magali Simard, adjointe au développement du secteur cinématographique de la Ville de Toronto
Un édifice avec le logo de Netflix.

Des studios de Netflix ont été aménagés l'an dernier au port de Toronto.

Radio-Canada / Vedran Lesic

Trois autres villes canadiennes s’ajoutent au classement : Vancouver, Montréal et Calgary. Magali Simard croit que ce palmarès en dit beaucoup sur l’industrie et le talent canadien, selon elle. Avant, c’était difficile de garder les travailleurs en cinéma parce que tout le monde s’en allait aux États-Unis, alors que maintenant, c’est autant ici que ça se passe et dans le futur, ça pourrait être encore plus ici que ça se passe, croit-elle.