•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Joséphine Baker entre au Panthéon à Paris

Dans la mosaïque, ICI Première
Rattrapage du mardi 30 novembre 2021

Joséphine Baker entre au Panthéon à Paris

Joséphine Baker, artiste, militante, résistante et maman

Joséphine Baker en tenue de militaire.
circa 1940: Joséphine Baker a servi pendant la Deuxième Guerre mondiale dans les Corps des Volontaires françaises.PHOTO : Getty Images / Hulton Archive
Dans la mosaïque, ICI Première
Dans la mosaïquePublié le 30 novembre 2021

Aujourd'hui a eu lieu un événement d'importance à Paris : une femme noire est entrée pour la première fois au Panthéon, aux côtés des grandes figures françaises.

Cette femme c’est Joséphine Baker. Son cénotaphe a parcouru la rue Soufflot au son de sa célébrissime chanson « J’ai deux amours » et a été accueilli par le « Chant des partisans ».

Parce que Joséphine Baker était bien plus qu’une formidable artiste de music-hall, elle a été toute sa vie une militante anti-raciste, une maman au coeur immense qui a adopté 12 enfants et une résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle est même devenue sous-lieutenant de l’armée de l’air française.

Arrivée à Paris en 1925, Joséphine Baker va d'abord surprendre par son originalité et la grande liberté qu'elle montre sur scène.
Julia Browne, fondatrice de « Walk the Spirit », la première compagnie en France à faire des visites guidées axées sur l'histoire noire, pense que Joséphine Baker a été une source d'inspiration pour les femmes de l'époque.

« Le corps d'une femme et surtout d'une femme noire était très contrôlé à l'époque. Elle utilisait son corps totalement librement, elle se mettait nue assez souvent, elle n'avait aucunement honte de son corps. Les autres femmes la voyaient et se disaient « Tiens, c'est pas un mauvais truc! » »

— Une citation de  Julia Browne, fondatrice de « Walk the Spirit »