•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Une jeune fillle américaine sauvée par un geste « made in Canada »

Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du mardi 9 novembre 2021

Une jeune fillle américaine sauvée par un geste « made in Canada »

Un signal d'appel à l'aide sauve une jeune fille kidnappée

Représentation graphique du geste signalant la détresse d'une femme.
Un signal de détresse créé au Canada co-développé par la Fondation canadienne des femmes et une agence de publicité de Toronto a aidé une adolescente disparue de Caroline du Nord. PHOTO : (Canadian Women's Foundation)
Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïquePublié le 10 novembre 2021

Un signal de détresse créé au Canada, a permis à une adolescente disparue de Caroline du Nord de trouver de l'aide. Elle a utilisé ce geste de la main pour signaler son enlèvement depuis la voiture de son agresseur. Elle a été secourue par la police après qu'un automobiliste ait reconnu ce geste. David Toto, un publiciste torontois qui a collaboré à la conception de la campagne entourant le geste commente la nouvelle

C’est à l’initiative de la Fondation canadienne des femmes et de l’agence de publicité Juniper Park TBWA de Toronto que ce signe a vu le jour. Il a été créé au début de la pandémie, alors qu’on notait une augmentation des cas de violence faite aux femmes.

Ce geste de la main qui consiste à ouvrir la paume et enfermer son pouce avec les 4 autres doigts permet de signaler sans laisser de trace numérique, que l’on est en danger.

La campagne a été lancée sur les médias sociaux et est vite devenue virale sur TikTok.

David Toto, président de Juniper Park TBWA à Toronto, dit que, quand il a appris l’histoire de la jeune Américaine dont la vie a probablement été sauvée par l’utilisation de ce geste, il a ressenti beaucoup de fierté et d’apaisement de savoir qu’on a pu venir en aide à cette jeune fille.

Dès la création de ce geste d’appel à l’aide, M. Toto dit avoir pensé avec la Fondation canadienne des femmes que les agresseurs pouvaient, eux aussi, connaître la signification de cet appel à l’aide, mais il était important, nous dit-il, de mettre un outil à la disposition des femmes et qu’elles seules se rendraient compte de quand et où il serait sécuritaire pour elles de l’utiliser.

Il ajoute qu’il était très important de populariser ce signe, que les gens le reconnaissent, mais qu’il est essentiel que celui ou celle qui reçoit le message sache comment y répondre.

« Savoir répondre, c’est montrer qu’on a vu, qu’on a compris, mais laisser à la personne qui fait le signe nous dire comment on peut l’aider. Aujourd’hui, ce sur quoi on travaille et qui va bientôt voir le jour dans les médias, c’est d’aider les gens à avoir la meilleure réponse possible. »

— Une citation de  David Toto, président de l’agence Juniper Park TBWA à Toronto.