•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Démission de la cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul

Dans la mosaïque, ICI Première
Rattrapage du lundi 27 septembre 2021

Démission de la cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul

Regard sur le legs d'Annamie Paul

Annamie Paul sur scène.
La cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul, a concédé sa défaite dans la circonscription de Toronto-Centre, en Ontario. PHOTO : La Presse canadienne / Chris Young
Dans la mosaïque, ICI Première
Dans la mosaïquePublié le 27 septembre 2021

La cheffe du Parti vert du Canada, Annamie Paul, a démissionné aujourd'hui. Le parti est aux prises avec des querelles internes importantes depuis des mois et a subi une écrasante défaite aux élections lundi dernier.

Le Parti vert est passé de 6,5 % des votes en 2019 à seulement 2 % des votes aux dernières élections. La cheffe a terminé à la quatrième place dans sa circonscription de Toronto-Centre. Elle a préféré partir avant de faire face à un vote de confiance.

Brian Gallant, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick et analyste politique, dit admirer le courage politique d’Annamie Paul, première femme noire à la tête d’un parti fédéral, mais admet que sa stratégie de campagne et les luttes internes au sein du Parti vert ont eu raison de sa place de cheffe.

Brian Gallant croit qu'Annamie Paul sera une source d’inspiration pour les personnes désireuses de se lancer en politique, et ce, malgré les difficultés rencontrées par la cheffe pendant son temps à la tête du Parti vert.

« Je prédis qu’il va y avoir quelqu’un, et j’espère très bientôt, qui va remercier Annamie Paul pour l'avoir inspiré et pour lui avoir donné la chance de passer au travers des barrières, mais au moins ne pas être la première personne à le faire. Alors je suis convaincu que sa candidature à long terme va très bien servir notre pays. »

—  Brian Gallant, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick et analyste politique