•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L’attention médiatique autour de la disparition de Gabby Petito

Dans la mosaïque, ICI Première
Rattrapage du jeudi 23 septembre 2021

L’attention médiatique autour de la disparition de Gabby Petito

Pourquoi l’affaire Gabby Petito captive-t-elle autant ?

Des caméramans et des journalistes sont installés derrière un cordon de sécurité, de l'autre côté de la rue où se situe la maison de Brian Laudrie.
Des membres des médias font le pied de grue devant le domicile de Brian Laundrie, l'amoureux de Gabby Petito, le 20 septembre, en Floride. L'homme est activement recherché par les autorités. PHOTO : Getty Images / Octavio Jones
Dans la mosaïque, ICI Première
Dans la mosaïquePublié le 24 septembre 2021

L'histoire de l'influenceuse Gabby Petito qui a été tuée dans des circonstances nébuleuses, lors d'un voyage en fourgonnette dans l'ouest des États-Unis avec son petit ami, a enflammé les réseaux sociaux et les grands médias américains. Alors que plusieurs milliers de personnes disparaissent chaque année aux États-Unis, pourquoi ce fait divers prend-il autant de place dans l'espace public ? Le professeur agrégé au Collège Emerson à Boston et professeur affilié à l'Université de Québec à Trois-Rivières, Vincent Raynaud et la chroniqueuse Maïtée Saganash partagent leurs réflexions.

Au micro de Serge Olivier, VincentRaynaud explique les éléments de cette histoire qui ont contribué à créer une tempête parfaite.

« C’est une histoire pleine de rebondissements et le public est capable d’aller chercher des informations [sur la victime]. »

— Une citation de  Vincent Raynaud, professeur agrégé au Collège Emerson à Boston et professeur affilié à l’Université de Québec à Trois-Rivières

De son côté, la chroniqueuse Maïtée Saganash réagit à la polémique visant l’attention médiatique disproportionnée accordée à la disparition des femmes blanches dans les médias.

Elle souligne que la différence de couverture entre les victimes blanches et autochtones a déjà été critiquée par le passé, notamment dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

« Quand on a un traitement médiatique qui est juste, ça peut sauver des vies et ça change des vies. »

— Une citation de  Maïtée Saganash, chroniqueuse et employée aux communications du Conseil cri de la santé et des Services sociaux de la Baie-James