•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 6 mai 2021

La santé mentale des journalistes en pandémie

La santé mentale des journalistes qui couvrent la pandémie

Publié le 7 mai 2021
Un homme utilise un téléphone et un ordinateur portable.
Selon une étude de la Reuters Institute for the Study of Journalism menée auprès d'une quarantaine de journalistes, près des trois quarts ont déclaré souffrir de détresse psychologique. PHOTO : Getty Images / Jokic

Si la crise sanitaire a eu un impact sur le bien-être psychologique d'un grand nombre de Canadiens, elle ne laisse pas indifférents les journalistes qui en assurent la couverture médiatique.

Quel est l’impact de rapporter des nouvelles liées à la pandémie pendant plus d’un an ? Trois journalistes se confient sur l’état de leur santé mentale.

  • Joanna Lavoie, journaliste pour les journaux de Torstar, à Toronto
  • Tu Thanh Ha, journaliste pour le Globe and Mail , à Toronto
  • Hugo Rodrigues, rédacteur en chef pour le Standard Free-Holder, à Cornwall, aussi ancien président de l’Association canadienne des journalistes