•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 7 avril 2021

Alicia Kazobinka :  symbole de résilience pour les femmes transgenres racisées

Alicia Kazobinka, un symbole de résilience pour les femmes transgenres racisées

Publié le 7 avril 2021
Alicia, de profil. les yeux baissés, devant un fond aux motifs africains.
Alicia Kazobinka, femme transgenre, conférencière, activiste et militante.PHOTO : Julie Langenegger Lachance

Alicia Kazobinka, conférencière, militante et activiste basée à Montréal a toujours su qu'elle voulait être femme. « Quand j'étais jeune, je priais tous les soirs pour qu'un jour je puisse devenir femme », a-t-elle confié.

D’origine burundaise ayant grandi à Dakar au Sénégal, un pays qui persécute jusqu’à ce jour-ci ceux qui appartiennent à la communauté LGBTQ, Alicia a été élevée dans un foyer catholique,.

Elle savait à seulement 17 ans, qu'elle devait préparer ses valises pour entamer un nouveau chapitre de sa vie au Canada.

Les personnes avec lesquelles je m’identifiais avec en Afrique, c’était des personnes qu’on envoyait en prison. Je vivais dans un environnement où c'était très mal vu et donc, un jour, je me suis dit que je ne pouvais clairement pas me outer ici a-t-elle continué.

Celle qui a amorcé son processus de transition en 2016, assume son identité avec fierté et porte plusieurs chapeaux dans la communauté LGBTQ au Québec.

« Pour moi, mon militantisme est quotidien. Je me considère comme une référence dans la communauté trans, mais je vise à aller plus loin avec mon message, au-delà de notre cercle, car ce n’est qu’à partir de ce moment-là que la société pourra commencer à reconnaître nos enjeux et défis sociaux. »

—  Alicia Kazobinka