•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Une Franco-Ontarienne autour du monde

Dans la mosaïque, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 13 octobre 2021

Une Franco-Ontarienne autour du monde

Une Franco-Ontarienne autour du monde : rencontres au Tchad

Quatre femmes souriantes en habits traditionnels du peuple Wodaabé en premier plan. À côté d'elles, des hommes du même peuple nomade en habits traditionnels.
Sara-Christine Gemson est allée à la rencontre de peuples nomades à l'occasion du traditionnel festival Guéréwol, au Tchad. PHOTO : Sara-Christine Gemson
Dans la mosaïque, ICI Première.
Dans la mosaïquePublié le 14 octobre 2021

La Torontoise Sara-Christine Gemson voyage autour du monde pendant un an avec son mari. Elle compte visiter une trentaine de pays sur cinq continents, dont plusieurs destinations peu fréquentées par les touristes. Elle nous fait part de ses aventures, dans le cadre d'une nouvelle chronique bimensuelle.

Sara-Christine est allée à la rencontre des Wodaabés, un peuple nomade dont la majorité se trouve au Tchad et au Niger. Chaque année, ils participent au traditionnel festival Guéréwol, une occasion pour les hommes de courtiser une seconde ou une troisième épouse, en dansant jour et nuit.

Les femmes peuvent aussi décider de remplacer leur premier mari par un nouveau.

« Parce que même s’ils sont obligés de vivre [dans leur propre groupe], ils ont besoin de liaisons avec d’autres groupes. Donc, ce deuxième ou troisième mariage est fait exprès pour ce but. »

— Une citation de  Elena Dak, anthropologue et guide qui travaille avec les Wodaabés

Les hommes et les femmes peuvent aussi avoir des aventures amoureuses, le temps du festival.

Sara-Christine Gemson a eu la chance de passer six jours en leur compagnie. Elle raconte son expérience enrichissante. Elle dit avoir été accueillie chaleureusement et avec curiosité par les Wodaabés.

Un jeune homme wodaabé a même demandé à notre guide, à trois reprises, si je voulais l'épouser, alors on peut dire qu'ils étaient très ouverts à notre présence, a-t-elle expliqué sur nos ondes. Elle précise à la blague qu'elle a décidé de rester avec son mari, avec qui elle a entrepris son voyage autour du monde d'un an.