•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La chronique d'Emilie

D'Est en Est, ICI Première.

La culture des moules peut-elle avoir un impact positif sur les autres espèces?

Un homme est assis à un bureau avec des ordinateurs.
Philippe Archambault est intéressé entre autres par les impacts des changements globaux sur les écosystèmes marins.PHOTO : Université Laval
D'Est en Est, ICI Première.
D'Est en EstPublié le 6 juillet 2022

C'est la question que Philippe Archambault et son équipe se sont demandé après avoir étudié les animaux vivants dans les sédiments sous les zones d'aquaculture. Ils se sont rendu compte que près des blocs de ciments au fond de l'eau qu'il y avait des espèces comme des homards qui étaient plus nombreux. Notre chroniqueuse Emilie Gagné a eu l'occasion de poser quelques questions sur cette étude à Philippe Archambault, professeur au département de biologie à la faculté des sciences et du génie de l'Université Laval.