•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Pierre-Maurice Gagnon

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du mardi 2 août 2022

Entrevue avec Pierre-Maurice Gagnon

Les temps sont durs pour les producteurs de bois privés

Un chemin forestier est bordé d'une corde de bois.
Du bois récolté dans une forêt du Saguenay-Lac-Saint-JeanPHOTO : Radio-Canada
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 2 août 2022

Alors que le prix du carburant, de la machinerie et le coût de la vie sont en hausse, le prix du bois, lui, augmente peu ces temps-ci. La situation fait grimper les coûts d'exploitation alors que les profits des entreprises qui récoltent du bois stagnent.

Administrateur à la Fédération des producteurs forestiers du Québec et président du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Pierre-Maurice Gagnon affirme que la situation est pénible pour bien des petits entrepreneurs. Certains ont même préféré mettre en veilleuse leur travail. On vit avec ça, mais c’est très difficile, confie-t-il.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, Pierre-Maurice Gagnon a mentionné que, l’an dernier, il avait embauché deux camionneurs pour quelques jours afin de récolter du bois. Les propriétaires lui demandaient 80 $ de l’heure. Ce printemps, avec la hausse du coût du carburant, ce tarif était passé à 120 $ de l’heure. L’augmentation, c’est seulement à cause du prix du carburant, à part des pièces et de l’entretien. C’est phénoménal!

Pierre-Maurice Gagnon.

Pierre-Maurice Gagnon est le président du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Radio-Canada

Certaines grandes entreprises de la région ont accepté de signer des ententes avec les producteurs de bois privés pour compenser la hausse des coûts de production et continuer à recevoir la matière première pour leurs usines. Pierre-Maurice Gagnon maintient toutefois qu’il y a encore du chemin à faire.

On a quand même cinq entreprises dans la région avec qui on fait affaire, indique-t-il. Deux actuellement ont signé des ententes avec une compensation carburant pour la récolte. On va aller rencontrer les autres aussi pour obtenir la même chose.

Les entrepreneurs forestiers doivent aussi composer avec des difficultés d’approvisionnement pour l’achat de machinerie et de pièces, ce qui cause des délais inattendus.