•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Marcel Bouchard

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du mardi 25 janvier 2022

Entrevue avec Marcel Bouchard

Le chef Marcel Bouchard n’est pas surpris de la disparition de Saguenay en bouffe

Un chef est en train de préparer une salade.
Un chef dans une cuisinePHOTO : Radio-Canada
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 25 janvier 2022

L'un des premiers restaurateurs à avoir participé à Saguenay en bouffe, le chef propriétaire de l'Auberge des 21 à La Baie, Marcel Bouchard, n'est pas surpris de la disparition de l'événement.

Saguenay en bouffe, qui en aurait été à une 32e édition, a été annulé lors des deux dernières années. L’organisme à but non lucratif qui chapeautait l’événement a décidé de mettre fin à ses activités, a expliqué le chef de l’Auberge des Battures et ancien trésorier de l’événement, Jonathan Grenon, au Réveil.

L’événement culinaire proposait à des restaurateurs de présenter un menu associé à la cuisine d’un pays. En 2019, Saguenay en bouffe avait changé de nom pour devenir le Festival culinaire et s’inspirer du terroir régional.

Selon Marcel Bouchard, la pandémie aura eu raison de cette activité. Déjà, il y a deux ans, les gens n’étaient pas chauds à refaire l’événement, parce qu’avec la COVID et tout ça, ça leur donnait quand même assez de tracas, a-t-il expliqué.

L’événement commençait cependant déjà à s'essouffler avant même l’imposition des mesures sanitaires liées à la COVID-19, constate-t-il.

Faire un événement comme ça, c’est comme se faire fermer un 31 décembre ou être obligé de rouvrir à quelques jours d’avis, a-t-il comparé. Ce sont des nouveaux achats, c’est un nouvel inventaire que ça te prend, c’est pas les mêmes menus que tu fais habituellement. Indéniablement, il y a de la perte aussi à la fin de l’événement, parce qu’il faut reprendre ses menus réguliers, sa façon de faire régulière, puis il y avait un essoufflement aussi de la clientèle, on le sentait très bien, et aussi un essoufflement des participants.

Le chef se dit malgré tout déçu de la perte de l’événement saguenéen, qui avait inspiré d’autres villes du Québec à tenir des événements semblables. Je pense qu’on n’a pas su s’adapter ou greffer autre chose autour de ça, a-t-il souligné.

Celui qui a ouvert l’Auberge des 21  il y a 30 ans à La Baie appréciait la variété culinaire apportée par l’événement, à une époque où le Saguenay comptait moins de restaurants.

Ce qui était fort dans l’événement, au début, ce que moi je sentais, c’était la diversité des menus, a-t-il souligné, en rappelant que l’événement se nommait tout d’abord Chicoutimi en bouffe.