•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec David Simard

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 20 janvier 2022

Entrevue avec David Simard

Pas de patineurs courte piste de la région aux JO : une première en 30 ans

Des membres de l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste à l'entraînement à Pyeongchang en 2018
Des membres de l'équipe canadienne de patinage de vitesse courte piste à PyeongchangPHOTO : La Presse canadienne / Paul Chiasson
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 20 janvier 2022

Pour la première fois depuis 1992, le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne comptera aucun athlète parmi les patineurs de vitesse courte piste qui se rendront aux Jeux olympiques.

Dans le passé, la région a fait naître des talents comme Frédéric Blackburn, Marc Gagnon, Marie-Ève Drolet, Marianne Saint-Gelais, Samuel Girard et Kassandra Bradette.

Pour moi, c’est difficile à croire!, lance l’entraîneur David Simard, du Centre d’excellence Marc Gagnon à Chicoutimi.

Il affirme par contre que la relève est prometteuse. Il cite en exemple Claudia Gagnon, de La Baie, qui a passé près de se qualifier sur l’équipe nationale. D’autres jeunes cumulent aussi de brillantes performances. Je me console parce qu’on a quand même une bonne relève qui s’en vient derrière.

Équipe canadienne féminine de patinage de vitesse courte piste à l'entraînement à Pyeongchang en 2018

Équipe canadienne féminine de patinage de vitesse courte piste à l'entraînement à Pyeongchang en 2018

La Presse canadienne / Paul Chiasson

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, il a rappelé que l’expertise régionale était toujours mise à profit dans les plus hautes sphères du sport, mais d’une autre façon.

Notre expertise régionale s’est transférée vers d’autres aspects, explique-t-il. Au niveau du coaching, il y a Marc Gagnon qui est avec l’équipe nationale de courte piste et Marianne Saint-Gelais au Centre de développement à Montréal. On amène une expertise différente.

« Je trouve que c’est aussi valable d’exporter notre expertise. »

— Une citation de  David Simard, entraîneur, Centre d'excellence Marc Gagnon

David Simard rappelle aussi que les choses ont bien changé dans les 20 dernières années et que le sport a gagné en popularité, ce qui se répercute dans les infrastructures existantes.

Les régions se sont développées. On avait la deuxième glace olympique à une époque, indique-t-il. Présentement, il y en a à Matane, Rimouski, Rivière-du-Loup, Sherbrooke, Trois-Rivières, trois à Québec et à Montréal. Il y a un développement qui s’est fait grâce au sport et au développement qu’on a réussi à faire dans notre région.

Il se réjouit toutefois de constater que la Baieriveraine Valérie Maltais prendra part à ses 4es Jeux olympiques. Après avoir fait des étincelles en patinage courte piste, elle prendra part cette fois aux épreuves de patinage de vitesse longue piste.