•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La rareté des chauffeurs d'autobus

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du mardi 12 octobre 2021

La rareté des chauffeurs d'autobus

La pénurie de chauffeurs d’autobus scolaires rend la situation intenable

Un autobus scolaire.
Un autobus scolairePHOTO : Autre banques d'images / Guy R. Leblanc
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 12 octobre 2021

Les transporteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne sont pas épargnés par la pénurie de chauffeurs d'autobus scolaires. Le groupe Autocar Jeannois affirme qu'il n'y a pas eu de bris de service encore, mais la situation ne peut durer bien longtemps.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le président-directeur général de l’entreprise, Stéphane Lefebvre, a confié qu’il était de plus en plus difficile de recruter des chauffeurs. Le problème a même commencé avant la pandémie. Il rappelle que les perles rares doivent remplir plusieurs critères, comme posséder des classes spéciales sur leur permis de conduire et avoir la capacité de gérer la discipline des jeunes passagers.

« Ce n’est pas n’importe qui qui peut faire ce métier. Ça nous prend des gens qui veulent, qui ont une passion. Et ce n’est pas facile à trouver. »

—  Stéphane Lefebvre, pdg, Groupe Autocar Jeannois

Si les tout-petits peuvent monter dans l’autobus jaune chaque matin, c’est bien parce que le transporteur fait des pieds et des mains pour éviter les ruptures de service, selon lui. Chez Autocar Jeannois, toute l’équipe est mise à contribution.

On aurait des ruptures de services, sauf qu’à l’intérieur même de notre entreprise, on a des équipes de mécanique qui ont la possibilité de conduire également. Parmi nos personnes-ressources à l’administration, certaines ont leurs classes de permis et les cours nécessaires pour la conduite. C’est grâce à ces personnes actuellement qu’on peut éviter les ruptures de services, explique M. Lefebvre.

« On ne pourra pas tenir comme ça encore des années. On va épuiser nos ressources. »

—  Stéphane Lefebvre, pdg, Groupe Autocar Jeannois

Le pdg affirme qu’il faudra trouver une solution à long terme, que ce soit en rouvrant les contrats, en offrant de meilleures conditions salariales ou en offrant plus d’heures aux chauffeurs.