•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Gilbert Dominique

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du mardi 28 septembre 2021

Entrevue avec Gilbert Dominique

L’importance de reconnaître le racisme systémique

Le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, accorde une entrevue à Radio-Canada.
Le chef du conseil de bande de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique PHOTO : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 28 septembre 2021

Un an après la mort de Joyce Echaquan, le chef de Mashteuiatsh reconnaît qu'un vent de changement souffle pour améliorer la situation des membres des Premières Nations, même s'il reste beaucoup de chemin à faire.

Gilbert Dominique cite en exemple des dirigeants d’hôpitaux et des responsables de services de premières lignes qui ont montré une grande ouverture face à l’inclusion des réalités autochtones dans la dernière année. Il y a une volonté omniprésente, on la sent, a-t-il confié en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Une reconnaissance qui tarde

Toutefois, le chef de bande estime que le geste le plus important n’a pas encore été posé. Selon lui, Québec doit impérativement reconnaître le racisme systémique qui gangrène plusieurs services gouvernementaux.

« Il faut que Québec emboîte le pas. Ça va amener des actions et des directions qui seront durables dans le temps, et qui vont amener concrètement des changements significatifs dans le système. »

—  Gilbert Dominique, chef de la communauté de Mashteuiatsh

Ça ne veut pas dire que les Québécois sont racistes, loin de là, mais on a instauré un système qui n’est pas fait pour reconnaître qu’on a deux grandes cultures qui cohabitent sur le même territoire au Québec, précise Gilbert Dominique.

Une journée spéciale jeudi

La première Journée nationale de vérité et de réconciliation, jeudi, sera spécialement soulignée à Mashteuiatsh. Tous les membres de la communauté sont invités à se rendre sur le site Uashassihtsh, le site de transmission culturelle, pour déposer une pierre en mémoire de ceux qui ont fréquenté le pensionnat. L’invitation est aussi lancée à la population en général.

On va ériger une grande muraille qui va nous rappeler, année après année, qu’on a des membres de notre communauté, des parents, qui ont passé à travers ce système-là et, malheureusement, ça a eu des effets assez pervers, indique le chef de bande.

L’invitation est aussi lancée à la population en général.

« On invite nos voisins à faire le geste également et à venir ériger cette muraille, apporter une pierre, pour qu’on n’oublie jamais cette page d’histoire et qu’on puisse regarder vers l’avant. »

—  Gilbert Dominique, chef de la communauté de Mashteuiatsh

Les premières pierres ont déjà été déposées et d’autres s’ajouteront d’ici le 30 septembre. Ensuite, les pierres disposée en demi-cercle seront peintes en orange et serviront d’enceinte pour différentes activités culturelles.