•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Un décès évitable

C'est jamais pareil, ICI Première.

Produits dopants : le rapport du coroner Dominique Emond bien accueilli

Un homme soulève des poids dans une salle d'entraînement.
ArchivesPHOTO : Radio-Canada / Jean-François Fortier
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 1 septembre 2021

Le spécialiste en éducation physique Mario Leone est du même avis que le coroner Dominique Emond qui demande à ce que les jeunes soient davantage sensibilisés aux risques des produits dopants pour améliorer les performances sportives.

Mardi, le coroner a rendu public son rapport préparé à la suite de la mort de Michaël Gagnon, un jeune homme de 25 ans. L’individu a justement perdu la vie parce qu’il consommait ce type de produits.

Mario Leone, docteur en kinésiologie à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), rappelle que ces substances sont incrustées depuis longtemps dans le milieu sportif, même si elles sont illégales. Il déplore toutefois que les utilisateurs soient de plus en plus jeunes.

De plus, il mentionne que ce ne sont plus seulement des athlètes qui se tournent vers cette option illicite, mais aussi des adolescents qui souhaitent simplement améliorer leur apparence physique.

Souvent, ils ne sont pas au courant des répercussions sur le corps humain.

Quand on est jeune, c’est encore pire, précise le spécialiste. Il peut y avoir un impact, les stéroïdes en particulier, sur l’accélération de la maturation physique, donc sur la taille physique […] Ça affecte aussi plusieurs organes, dont le foie, les reins, le cœur, le système circulatoire, etc. Il y a des dangers très importants.

« Il faut sensibiliser les jeunes davantage. Le problème, c’est comment les rejoindre pour que le message passe. »

—  Mario Leone, docteur en kinésiologie, UQAC

Mario Leone croit que des spécialistes en communications devront se pencher sur la question rapidement pour trouver des façons efficaces de capter l’attention des adolescents à ce sujet. Quitte à commencer la sensibilisation beaucoup plus jeune, même en classe.