•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Relance économique  :  une prestation tantôt décriée tantôt saluée

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 5 août 2021

Relance économique  :  une prestation tantôt décriée tantôt saluée

La Prestation canadienne de relance économique encore critiquée

Des billets de devises canadiennes.
La Prestation canadienne de relance économique est prolongée jusqu'en octobre.PHOTO : Getty Images / joshlaverty
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 5 août 2021

Le prolongement de la Prestation canadienne de relance économique (PCRE) continue de faire des vagues. Le Conseil du patronat estime qu'Ottawa fait une erreur alors que des organismes martèlent que la mesure doit être maintenue encore.

Le président et chef de la direction du Conseil du patronat, Karl Blackburn, est convaincu que la PCRE accentue la pénurie de main-d’œuvre dans toutes les régions du Québec.

« Les gens qui admissibles à la PCRE ont plus d’avantages à rester sur le programme gouvernemental qu’à aller se chercher un emploi et travailler. »

—  Karl Blackburn, président, Conseil du patronat du Québec

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, il a indiqué que tous les secteurs d’activité en ressentaient les répercussions. Au total, il rappelle qu’environ 180 000 postes sont actuellement à pourvoir à l’échelle du Québec.

« Il y a des besoins qui sont extrêmement pressants. La relance économique qui est à nos portes est ralentie parce qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dans toutes les régions. »

—  Karl Blackburn, président, Conseil du patronat du Québec

Karl Blackburn maintient que la décision de gouvernement libéral ne fait aucun sens du point de vue économique. La PCRE n’aurait pas dû être prolongée, tout comme elle n’aurait pas dû être continuée cet été, mentionne-t-il. Malheureusement, le gouvernement fédéral en a décidé autrement.

L’envers de la médaille

Le coordonnateur de l’organisme Lieu d’actions et de services travaillant dans l’unité avec les sans-emplois (LASTUSE), Sylvain Bergeron, est d’un tout autre avis. Il applaudit le prolongement de la prestation jusqu’en octobre.

Il déplore le manque de connaissances de ceux qui critiquent souvent la mesure.

« La PCRE ne s’adresse pas à tout le monde. La PCRE s’adresse à ceux qui ne peuvent travailler à cause de la COVID. »

—  Sylvain Bergeron, coordonnateur, LASTUSE

Il rappelle que la PCRE ne s’adresse pas aux étudiants. Elle vise les travailleurs autonomes qui ont perdu la moitié de leurs revenus en raison de la pandémie et les salariés qui n’ont pas accès à l’assurance-emploi et qui ont perdu leur gagne-pain à cause de la COVID-19.

Sylvain Bergeron rappelle aussi que le gouvernement a donné son aval à plusieurs demandes provenant des employeurs. Il cite en exemple le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation, qui a amené plusieurs travailleurs à changer de métier.

Il croit que la PCRE est loin d’être inefficace et souhaite qu’elle soit maintenue aussi longtemps que nécessaire.