•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Christian St-Gelais

C'est jamais pareil, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 27 mai 2020

Entrevue avec Christian St-Gelais

Le propriétaire d’un centre d’entraînement de Jonquière s’impatiente

Un jeune homme essaie un appareil de conditionnement physique.
Plusieurs clients des centres de conditionnement physique s'ennuient de leur entraînement quotidien en salle. PHOTO : Radio-Canada / Mélissa Paradis
C'est jamais pareil, ICI Première.
C'est jamais pareilPublié le 27 mai 2020

Les propriétaires de centres de conditionnement physique commencent à être exaspérés. Ils ne savent toujours pas quand ils pourront accueillir de nouveau leurs membres.

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, le propriétaire de deux centres d’entraînement de Jonquière, Christian Saint-Gelais, n’a pas caché être en colère devant cette situation.

Il dénonce le double discours de Québec qui incite les citoyens à faire de l'exercice, mais refuse d'ouvrir les centres comme les siens.

« On parle toujours de santé et des bienfaits de l’entraînement, donc on ne comprend pas pourquoi on apparaît si loin dans les phases [de déconfinement]. »

—  Christian Saint-Gelais, propriétaire de deux centres de conditionnement physique

Christian Saint-Gelais rappelle que les centres d’entraînement sont des précurseurs depuis plusieurs décennies en ce qui concerne les mesures d'hygiène.

« Ça fait 30 ans qu’il y a des bouteilles de germicide pour nettoyer les appareils avant et après. On fait toujours attention. »

—  Christian Saint-Gelais, propriétaire de deux centres de conditionnement physique

Il affirme que plusieurs clients de ses centres, le Complexe Fitness Santé et le CrossFit 2342, sont découragés et presque en détresse parce qu’ils ne peuvent plus s’adonner à leur entraînement quotidien en salle.

Christian Saint-Gelais est convaincu que plusieurs centres comme les siens ne pourront survivre à cette fermeture qui perdure.