•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

La semaine « Rock your Mocs » pour souligner la fierté autochtone

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du jeudi 17 novembre 2022

La semaine « Rock your Mocs » pour souligner la fierté autochtone

Les gens sont invités à porter le mocassin

Deux paires de mocassins dans les pieds de gens.
Des exemples de mocassins traditionnels.PHOTO : Gracieuseté
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 17 novembre 2022

Peut-être avez-vous vu circuler sur les réseaux sociaux des images de gens portant fièrement leurs mocassins.

Nous sommes en pleine semaine « Rock your mocs ». C’est un mouvement mondial annuel qui permet de souligner la fierté et la richesse de son identité autochtone en portant des mocassins.

A travers des publications sur le web, les membres des Premiers Peuples sont invités à partager leur histoire.

Mais c’est quoi exactement, un mocassin? Qu’est-ce que ça signifie? Qui, traditionnellement, confectionne le mocassin? Et comment? Est-ce un savoir toujours bien vivant? A quelle occasion, on le porte?

Dominique Rankin, chef héréditaire Anishinabe, président et co-fondateur de la Fondation Dominique Rankin, a gentiment accepté l’invitation de Vanessa Limage pour en parler à l’émission Ça vaut le retour.

Dominique Rankin, chapeau sur la tête, sourit à la caméra.

Dominique Rankin, chef héréditaire Anishinabe.

Gracieuseté

Le terme mocassin se veut une traduction d’un mot autochtone qui signifie « peau de l’esprit ».

C’est pas des pantoufles, c’est beaucoup plus que ça, indique M. Rankin. La symbolique de ça, c’est l’orignal qui marche. Tu dois marcher comme un animal qui est solide pour toujours être solide dans la vie. J’ai vécu dans une famille nomade et c’est là que j’ai appris c’est quoi, une paire de mocassins. C’est un cadeau que les anciens nous ont laissé. Il faut continuer à en parler et être fiers de porter le mocassin. Ça me touche beaucoup à chaque fois que je mets le mocassin. C’est le savoir des anciens. Je ne peux pas oublier qui je suis, raconte-t-il.

Dans cette entrevue, Dominique Rankin relate aussi comment sa mère confectionnait le mocassin, à partir de peaux d’orignal et de lièvre. Comme elle a donné naissance à 18 enfants dans la forêt, maman en a fabriqué, des mocassins!, souligne-t-il en ajoutant qu’aujourd’hui, c’est surtout lors des cérémonies qu’on voit le mocassin, notamment dans les pow-wow.

Pour écouter l’entrevue intégrale, cliquez sur l’audiofil.