•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le club de ski de fond Skiwanis menacé de fermeture

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du lundi 3 octobre 2022

Le club de ski de fond Skiwanis menacé de fermeture

Faute de bénévoles, la saison de ski de fond est menacée dans les sentiers Skiwanis

Une piste de ski de fond en forêt.
La saison de ski de fond est menacée dans les sentiers Skiwanis, faute de bénévoles.PHOTO : Bénédicte Pomerleau
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 4 octobre 2022

Il pourrait ne pas y avoir de ski de fond cet hiver dans les sentiers Skiwanis, à Rouyn-Noranda.

Richard Hallée, qui s’occupe de l’entretien des pistes depuis 11 ans, a fait part de son intention de prendre sa retraite au printemps dernier. Comme personne ne s’est manifesté pour le remplacer, la saison pourrait ne pas avoir lieu.

Ça fait 11 ans que je m’occupe de ça, je pense que j’ai fait ma part et j’aurais le goût de faire autre chose. L’hiver passé a été un hiver difficile. Il a fait très froid et il y a eu beaucoup de neige. Je me suis rendu compte que je ne vivais que pour ça. Je n’allais même plus faire du ski de fond avec ma blonde parce que j’étais à moitié crevé, dit-il.

Richard Hallée dans le studio de Radio-Canada à Rouyn-Noranda,

Richard Hallée, responsable de l'entretien des sentiers de ski de fond Kiwanis est prêt à passer le flambeau.

Radio-Canada / Vanessa Limage

M. Hallée précise que des gens se sont manifestés pour donner un coup de main, mais qu’il est nécessaire de trouver une personne qui prendra en charge la logistique et qui dirigera le petit groupe de bénévoles.

Il y a beaucoup de gens qui veulent aider quand je fais des appels sur Facebook. L’an passé, j’ai eu des gens avec moi à chaque fois que j’allais débroussailler, alors ce n’est pas vrai qu’il n’y a pas de monde pour aider, mais c’est de prendre la charge de tout ça, la coordination, qui est plus compliquée, qui demande du temps, explique-t-il.

Le passionné de ski de fond ajoute que toutes les dépenses liées aux tâches des bénévoles sont payées par le Club Kiwanis et que l’équipement, y compris la motoneige, est également fourni par l’organisme.

« Ça prend quelqu’un qui fait du ski de fond, idéalement, ça prend un passionné. Ça prend quelqu’un qui aime être dehors et qui aime rendre service aux autres. »

— Une citation de  Richard Hallée

L'implication de la Ville n'est pas envisageable

Questionné à savoir si la Ville de Rouyn-Noranda pourrait prendre le relais au niveau de l’entretien des pistes, Richard Hallée mentionne que ce sont notamment les assurances qui empêchent une telle implication.

La Ville nous a dit qu’elle ne voulait pas s’embarquer là-dedans, elle ne voulait pas la responsabilité au niveau assurances. Les camps, ce n’est pas tout à fait conforme, on n’est pas 100% aux normes à tous les points de vue donc si la Ville embarque là-dedans, ça peut devenir compliqué. Et la Ville est déjà impliquée à Granada et elle aide Évain avec des subventions, mentionne M. Hallée, ajoutant qu’il souhaite que l’activité demeure gratuite pour les années à venir.

Le bénévolat en perte de vitesse?

M. Hallée constate que les gens sont moins nombreux à consacrer du temps à du bénévolat qu’à une autre époque. Il reconnaît néanmoins que certaines tâches sont plus difficiles et ne conviennent pas à tout le monde.


Il y a 20 ans, on parlait de la société de loisirs. Je pense qu’on a oublié de penser à avoir de la relève pour s’occuper de cette société de loisirs là. Regarde les clubs de hockey, de natation, de soccer, il y a de moins en moins de gens qui sont disposés à donner de leur temps. Pourquoi? Je ne sais pas, il n’y a pas moins de monde. Et c'est exigeant comme travail, il faut que tu sois fait pour ça et que tu aies le goût de donner à ta communauté, et ce n’est pas tout le monde qui est prêt à faire ça, considère-t-il.

À trois mois du début de la saison, Richard Hallée demeure optimiste de trouver la perle rare qui pourra prendre sa relève. Même s’il a annoncé sa retraite, il s’engage à former son ou ses successeurs afin d’assurer une transition efficace.