•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Nouvelle ère qui commence Chez Morasse

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 3 août 2022

Nouvelle ère qui commence Chez Morasse

Une nouvelle ère commence au restaurant Chez Morasse

Christian Morasse et Carlos Sodji en entrevue dans le studio de Radio-Canada à Rouyn-Noranda.
Christian Morasse a vendu le restaurant Chez Morasse à Carlos Sodji et sa femme Sylviane Senou.PHOTO : Radio-Canada / Emily Blais
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 4 août 2022

Au restaurant Chez Morasse de Rouyn-Noranda, la relève prend peu à peu les commandes.

Christian Morasse avait annoncé la mise en vente de l’entreprise familiale, en février dernier. Les nouveaux propriétaires, Carlos Sodji et sa conjointe Sylviane Senou, ont sauté sur l’occasion d’acheter le restaurant.

Carlos Sodji est né au Bénin et habite à Rouyn-Noranda depuis 10 ans. Il a travaillé au restaurant Chez Morasse à son arrivée dans la région.

Le nouveau propriétaire souligne que cinq personnes du Bénin qu’il connaît personnellement viendront aider l’équipe et pallier la pénurie de main-d'œuvre.

J’ai ma boîte de recrutement internationale intitulée AllerGo Canada. J’ai côtoyé beaucoup plus la famille Morasse avec ce modèle. On a commencé un processus de recrutement international qui est presque à la fin, je pense. On attend nos employés d’ici quelques semaines si tout va bien, explique M. Sodji.

La famille Morasse a été à la tête du restaurant pendant plus de 50 ans. La transaction a été officialisée le 1er uillet.

Christian Morasse souhaitait que l’esprit de famille soit conservé.

C’est sûr que j’aurais été très déçu que ça ne se poursuive pas d’une façon ou d’une autre. [Ça se poursuit] avec des gens passionnés. Ils conservent notre nom. On a une entente là-dessus, ce n’est quand même pas négligeable. On avait intérêt à ce que les gens représentent bien notre nom, parce qu’on souhaite que ça dure aussi longtemps que nous on a été là, affirme Christian Morasse.

On va peut-être ajouter une touche piquante pour ressortir le côté africain un peu, mais à part ça, on ne va rien changer, assure Carlos Sodji.

Christian Morasse travaille encore temporairement au restaurant pour faciliter la transition, avant de se lancer dans d’autres projets.

Pour le moment, je ne peux pas vraiment faire de deuil. Je sens encore la frite aujourd’hui parce que je sors de la cuisine et ce sera la même chose demain. Peut-être que quand l’odeur de la frite va s’éloigner un peu, la nostalgie va arriver, mais pas pour l’instant!, lance-t-il en riant.

- Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.