•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Obligation pour les camionneurs de retour des États-Unis d’être vaccinés

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du jeudi 20 janvier 2022

Obligation pour les camionneurs de retour des États-Unis d’être vaccinés

Le vaccin obligatoire pour les camionneurs de retour des États-Unis aura des impacts en Abitibi-Témiscamingue

Des camions de livraison en hiver avec les drapeaux des États-Unis, du Canada et de la Saskatchewan.
Des camions de livraison en hiver avec les drapeaux des États-Unis, du Canada et de la Saskatchewan.PHOTO : Radio-Canada / Rob Kruk
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 21 janvier 2022

La pression est forte sur la chaîne d'approvisionnement en raison de l'obligation vaccinale des camionneurs selon le copropriétaire de Ben Deshaies à Amos, Richard Deshaies.

Depuis samedi, le gouvernement fédéral exige que les camionneurs qui arrivent au Canada en provenance des États-Unis soient vaccinés sans quoi ils peuvent être refoulés en sol américain, ou placé en quarantaine s'il s'agit de résidents canadiens.

Jusqu'à 26-mille des 160-mille camionneurs qui transitent à la frontière canado-américaine ne sont pas complètement vaccinés.

On va avoir des ruptures, il va y avoir des délais supplémentaires, il va y avoir des tablettes dégarnies, ça va juste mettre un peu plus de pression sur le réseau qui est déjà affecté beaucoup depuis mars 2020. Ce n'est vraiment pas amusant pour les gens qui sont dans le domaine.  affirme Richard Deshaies

Pour l'entreprise d'Amos, qui oeuvre dans le domaine alimentaire, la dernière année a été remplie de défis considérables.

Il y a des dates de péremption sur les produits de plus en plus. On veut avoir toujours de la fraîcheur, il faut avoir de l'inventaire en quantité suffisante, mais il ne faut pas en avoir trop parce qu'il faut avoir une bonne rotation. Ce que ça cause chez nous c'est beaucoup de produits en rupture, des délais supplémentaires et à la fin ça cause des hausses de prix par la bande et c'est le consommateur qui paie la note. ajoute Richard Deshaies.