•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Roger Wylde et la pièce La cendre de ses os

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du mardi 26 octobre 2021

Roger Wylde et la pièce La cendre de ses os

Roger Wylde sur les planches dans la pièce La cendre de ses os

Le comédien Roger Wylde interprète le personnage historique de Gabriel Commanda.
Le comédien Roger Wylde interprète le personnage historique de Gabriel Commanda dans la pièce Val-d'Or vous raconte son histoire. (archives)PHOTO : Facebook : Val-d'Or vous raconte son histoire
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 26 octobre 2021

Le comédien anishnabe Roger Wylde, de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan, est sur les planches ces jours-ci avec la pièce Nmihtaqs Sqotewamqol / La cendre de ses os, présentée au Théâtre La Licorne et au Théâtre de La Manufacture par la troupe Ondinnok.

Après plusieurs reports en raison de la pandémie, la première de la pièce a finalement pu avoir lieu lundi soir. On était très contents de briser la glace, lance Roger Wylde, qui se trouve sur l’affiche de la pièce.

Il s’agit de deux clans familiaux qui s’affrontent dans cette pièce-là, les Kaktanish et les Wolastoqiyik, par rapport au statut, au territoire, qui est surtout Wolastoqey. Le personnage principal, c’est Martin Kaktanish, qui cherche un peu ses origines, après le décès de son père, qui est mon personnage, Roland Kaktanish. C’est un des personnages que je joue, je joue aussi l’homme-ours, qui est un peu l’esprit de la pièce. Je voyage dans l’espace de la pièce, je fais des apparitions, tantôt c’est Roland, tantôt c’est l’homme-ours, raconte-t-il.

Pour Roger Wylde, la pièce peut trouver écho dans toutes les nations. Oui, on parle de territoire, mais aussi tout l’impact du développement des ressources naturelles. Dans ce cas-ci, c’est le pont Méthanier qui a été un litige dans leur communauté des Wolastoqey, ça a créé tout un impact dans leur communauté, souligne-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Faisant partie de la nation anishnabe, M. Wylde a dû en apprendre un peu plus sur les Wolastoqey. J’aime beaucoup la façon dont Ondinnok a développé les personnages, le travail avec les comédiens, c’était une chose que je n’avais pas encore expérimentée, où les comédiens qui sont sur scène ont participé au développement des personnages en donnant leurs commentaires, leur vision, leurs sentiments par rapport à un personnage vis-à-vis un autre personnage. J’ai trouvé ça magnifique et j’ai appris, j’apprends toujours encore, sur les façons de développer une pièce, témoigne-t-il.

La principale difficulté a été d’apprendre la langue. C’est une langue tout à fait différente. J’ai eu plus de difficultés à apprendre les mots, les extraits de la langue que dans une autre langue, parce que c’est très différent, le malécite, dit-il.

Une tournée du Québec pourrait être organisée à la suite des représentations à La Licorne et La Manufacture.