•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Lancement de l’initiative Un moment pour un nouvel arrivant

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du mardi 19 octobre 2021

Lancement de l’initiative Un moment pour un nouvel arrivant

Lancement de l’initiative Un moment pour un nouvel arrivant

Jean-Pierre Gravel porte un coton ouaté où on peut lire «Le bonheur c'est une boîte de popsicle».
Jean-Pier Gravel, Amossois d'origine, est allé à la rencontre de 12 personnes ayant fait d'Amos leur terre d'adoption.PHOTO : Facebook Amos-Harricana/Alex Doucet
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 19 octobre 2021

Dans le cadre de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles, la MRC Abitibi lance Un moment pour un nouvel arrivant, une initiative sur les réseaux sociaux visant à présenter des immigrants installés dans le secteur d'Amos-Harricana.

C'est l'Amossois d'origine et PDG du Département des moments, Jean-Pier Gravel, qui a eu le mandat d'aller à la rencontre de 12 personnes issues de l'immigration pour créer un moment qu'on espère inoubliable.

C'est un moment marquant, c'est quelque chose qui permet au nouvel arrivant de s'enraciner dans son nouveau milieu, qui crée de nouveaux souvenirs et qui peut leur donner un nouveau sentiment d'appartenance, indique Christine Meunier, directrice générale du CLD Abitibi. Ce qu'on veut, c'est créer une nouvelle terre d'accueil pour les gens qui vont venir s'établir ici, donc on espère qu'une campagne comme ça va permettre d'atteindre ce résultat-là.

La première publication parle d'Anoj Subedi, un étudiant en écologie forestière provenant du Népal. Dès que j'ai entendu parler de lui, c'est quelqu'un qui m'a vraiment séduit. C'est un jeune homme qu'on devine hors de l'ordinaire. D'ailleurs, dès les premières informations que j'ai obtenues de notre complice, qui est son amie et colocataire malgache qu'on surnomme Aro, qui est tellement généreuse, j'ai su que cette intuition-là était vraie, confie Jean-Pier Gravel.

Depuis des années, il a une fascination pour les hiboux. Il a passé des nuits à enregistrer des sons d'oiseaux de proie. C'est ce qui l'a guidé aussi vers son champ d'études. Pour lui, les forêts, c'est une passion, poursuit M. Gravel.

Sentant qu'il y avait là une histoire, il a contacté le reste de sa famille, qui vit toujours au Népal. Après plusieurs échanges avec son frère, Jean-Pier Gravel a constaté qu'Anoj avait vraiment une passion pour ces oiseaux et a choisi de lui faire passer un moment au mythique Refuge Pageau, qu'il n'avait pas encore eu la chance de visiter.

Anoj a alors non seulement pu voir des oiseaux de proie, il a trouvé, au bas d'une cage, un message en langue népalaise de son père, qui lui transmettait sa fierté de le voir poursuivre son rêve à l'autre bout du monde. Il est devenu très ému, et nous aussi. Et ce n'était pas tout, Marie-Frédérique [Frigon, du Refuge Pageau] nous réservait une belle surprise. Une buse qui avait à être remise en liberté et c'est lui qui a eu l'honneur d'ouvrir la boîte et de la voir s'envoler, raconte-t-il.

Au cours des prochains jours, d'autres histoires touchantes comme celle d'Anoj seront publiées sur la page Facebook d'Amos-Harricana. Ces 12 personnes proviennent des quatre coins du monde et permettront de découvrir la diversité des nouveaux arrivants du secteur.