•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Aucun service en obstétrique jusqu’au 19 novembre à l’hôpital de Ville-Marie

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du lundi 13 septembre 2021

Aucun service en obstétrique jusqu’au 19 novembre à l’hôpital de Ville-Marie

Obstétrique : la FIQ-SISSAT déçue des propos du ministre Lionel Carmant

Des infirmières de l'hôpital de Ville-Marie, au Témiscamingue, au poste de garde.
Des infirmières de l'hôpital de Ville-Marie, au Témiscamingue.PHOTO : Radio-Canada / Mélanie Picard
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 13 septembre 2021

La Fédération interprofessionnelle de la santé en Abitibi-Témiscamingue, la FIQ-SISSAT, est plus inquiète que jamais pour la qualité des soins offerts à la population du Témiscamingue.

La rupture de service en obstétrique se poursuit au moins jusqu'au 19 novembre à l'hôpital de Ville-Marie.

Le président de la FIQ-SISSAT, Jean-Sébastien Blais, a vivement réagi aux propos du ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, qui était sur nos ondes lundi matin.

Je peux vous dire que j'étais abasourdi, j'étais complètement hors de moi quand je l'ai entendu parler. Il y a plusieurs choses qui ont été dites qui étaient complètement erronées, a-t-il lancé.

Il fait notamment référence aux propos du ministre délégué concernant les périodes d'affichage pour les six postes d'infirmières spécialisées en obstétrique annoncés plus tôt cette année, qui seraient limités à juin et septembre, selon M. Carmant.

M. Carmant était mal informé. Ces affichages de poste là peuvent se faire. L'employeur a la latitude de faire des affichages à n'importe quel moment lorsque les besoins du centre d'activité sont présents et pour nous, de savoir que l'obstétrique est fermée depuis le 29 avril, c'était une raison suffisamment importante pour faire des affichages en dehors des cycles réguliers qui sont prévus, soutient-il.

Jean-Sébastien Blais croit qu'avec la pénurie de main-d'oeuvre infirmière, même si l'unité d'obstétrique rouvre à Ville-Marie, le problème risque de se déplacer ailleurs.

Ces mesures-là, oui, vont aider, mais la pénurie de personnel est tellement importante qu'on doute que ce soit suffisant pour qu'il n'y ait pas d'autres ruptures de service. Peut-être que le service d'obstétrique va renaître et qu'on va avoir des professionnelles qui vont vouloir aller travailler là avec ces primes-là, mais vu la pénurie importante, on s'attend à ce que d'autres services soient touchés malheureusement par la bande si rien n'est fait du côté de la CAQ pour attirer et retenir nos professionnelles en soins en région, déplore-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.