•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

L’UQAT et l’INRS octroient la première bourse en mémoire de Joyce Echaquan

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du mercredi 8 septembre 2021

L’UQAT et l’INRS octroient la première bourse en mémoire de Joyce Echaquan

L’UQAT et l’INRS octroient la première bourse en mémoire de Joyce Echaquan

Une femme regarde au loin, devant un arbre.
Lucie Dubé est la première récipiendaire de la Bourse Joyce-Echaquan.PHOTO : gracieuseté UQAT/Christian Leduc
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 8 septembre 2021

L'UQAT et l'INRS ont remis la toute première Bourse Joyce-Echaquan à Lucie Dubé.

Native de la communauté atikamekw d'Opitciwan, Lucie Dubé étudie à la maîtrise sur mesure de l'École d'études autochtones de l'UQAT.

Elle confie être très honorée de recevoir cette bourse, tout en expliquant ce que la somme lui permettra de faire comme recherches.

Cette bourse va permettre de travailler sur le concept de la sécurisation culturelle sous l'angle des Attikamekw Nehirowisiw. Ça va permettre de rappeler les appels à l'action, l'engagement contenu dans le document sur le Principe de Joyce, et d'honorer sa mémoire aussi, affirme-t-elle.

La professeure de l'École d'études autochtones de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Suzy Basile.

La professeure de l'École d'études autochtones de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Suzy Basile.

Courtoisie / Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

La professeure et directrice de maîtrise de Mme Dubé, Suzy Basile, a rappelé la raison pour laquelle cette bourse a été créée.

Si on recule de quelques mois, en janvier dernier, moi comme chercheure, comme professeure à l'université, et aussi comme membre de la nation atikamekw, je me demandais qu'est-ce que je pourrais faire à la hauteur de mes moyens pour faire avancer un tout petit peu, ne serait-ce, le Principe de Joyce, ce document si important qui nous rappelle que les peuples autochtones ont aussi droit à des soins de santé adéquats, dit-elle.

La bourse d'études mise sur pied par l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et l'Institut national de la recherche scientifique est d'un montant de 36 000 $.