•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Des noms de rue en l'honneur de femmes et d'un Autochtone à Rouyn-Noranda

L'hôtel de ville de Rouyn-Noranda.
L'hôtel de ville de Rouyn-Noranda.PHOTO : Radio-Canada
Publié le 28 novembre 2023

La Ville de Rouyn-Noranda a décidé de rendre hommage à un bâtisseur de la Première Nation de Long Point et à trois femmes dans sa plus récente désignation toponymique.

Selon le conseiller municipal du quartier Rouyn-Sud et président du comité patrimoine et toponymie, Guillaume Beaulieu, il était temps. Il y a plus de noms qui honorent des oiseaux et des arbres que des femmes dans les rues de Rouyn-Noranda, souligne-t-il.

Ainsi, trois nouvelles rues du secteur Noranda-Nord porteront respectivement les noms de Christine Cloirec, Élodie Turcotte et Jeanne Corbin, alors qu’un rang du quartier Cadillac se nommera en l’honneur de Wilbert Polson.

La Ville de Rouyn-Noranda a décidé de rendre hommage à trois femmes et à un bâtisseur de la Première Nation de Long Point, au Témiscamingue, dans sa plus récente désignation toponymique.

Gracieuseté : Ville de Rouyn-Noranda

Qui sont-elles?

Christine Cloirec a ouvert le premier cinéma de Rouyn en 1926. Le fameux théâtre Régal a servi comme salle de classe, lieu de célébration pour des messes et des mariages, mais aussi pour les séances du conseil municipal.

Élodie Turcotte, qui a changé de nom pour Grossinger après le mariage, a été l'une des premières femmes à s'établir de façon permanente à Rouyn-Noranda.

Jeanne Corbin était pour sa part une femme de justice sociale, surtout impliquée dans les grèves des bûcherons de 1933. Elle a inspiré la romancière Jocelyne Saucier pour son livre Jeanne sur les routes, sorti en février 2006.

Un recalibrage était nécessaire à Rouyn-Noranda afin d’honorer plus de femmes, selon le comité de toponymie et son président.

C’était unanime du comité et du conseil municipal. Nous avons regardé l’ensemble des toponymes et on s’est dit qu’un recalibrage était à faire. Ça ne veut pas dire que dans le futur, il n’y aura pas d’hommes qui seront honorés avec des toponymes, mais il y a une plus grande sensibilité pour corriger la situation, indique Guillaume Beaulieu.

Wilbert Polson

Wilbert Polson était quant à lui un trappeur, un menuisier et un homme politique. Il a été chef de la Première Nation de Long Point, au Témiscamingue, pendant plusieurs années. Son camp de trappe se situait au bout du chemin qui portera désormais son nom.

(Par Marc-Olivier Thibault)

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser