•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Un Rouynorandien d’origine a travaillé sur le téléscope James Webb

Ça vaut le retour, ICI Première
Rattrapage du lundi 17 janvier 2022

Un Rouynorandien d’origine a travaillé sur le téléscope James Webb

Un Rouynorandien d’origine a travaillé sur le télescope James Webb

L'homme avec un chandail bleu devant une toile avec des étoiles.
Charles-Philippe Lajoie, de Rouyn-Noranda, travaille comme scientifique en optique astronomique dans un institut de recherche de Baltimore. PHOTO : Gracieuseté
Ça vaut le retour, ICI Première
Ça vaut le retourPublié le 17 janvier 2022

Un Rouynorandien d'origine a travaillé au déploiement du télescope James Webb. Ce vaste projet scientifique a mis plus de 20 ans à être réalisé.

Charles-Philippe Lajoie, travaille aujourd'hui comme scientifique en optique astronomique dans un institut de recherche de Baltimore.

La lumière infrarouge ça nous ouvre une autre page sur l'univers. On est capable de voir les premières galaxies, les premières étoiles qui se sont formées dans l'univers. On est aussi capable de voir à travers la poussière, il y en a beaucoup de nuage de poussière dans l'espace et c'est à ses endroits que les étoiles et les planètes se forment, explique Charles-Philippe Lajoie.

Un télescope jaune de la NASA.

Une partie du télescope James Webb sur lequel Charles-Philippe Lajoie a travaillé.

Gracieuseté

Son équipe travaille sur les miroirs de James Webb, sur lesquels il faut diriger un faisceau de lumière sur cette cible située à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Les données scientifiques recueillies par la suite pourraient redéfinir les connaissances de l'univers.

Est-ce qu'il y a des planètes qui ressemblent à la terre? C'est fort probablement oui la réponse et la question qui se pose après c'est est-ce qu'une forme de vie pourrait y habiter. James Webb, sans vraiment répondre à ses questions, va pouvoir apporter des éléments en soutien aux conditions de vie comme on les connaît sur terre. Moi c'est une des grandes questions que je me pose quand je regarde le ciel, ajoute le Rouynorandien d'origine.

- Une entrevue de Lise Millette