•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Introduction avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

C'est fou, ICI Première.
Audio fil du dimanche 4 novembre 2018

Introduction avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau

Les 200 ans de Frankenstein : un roman visionnaire

Boris Karloff en 1931 dans l'une des adaptations cinématographies les plus connues du roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley.
Boris Karloff dans Frankenstein (1931), de James WhalePHOTO : Associated Press
C'est fou, ICI Première.
C'est fou...Publié le 5 novembre 2018

En vacances sur le bord du lac Léman en Suisse, l'auteure Mary Shelley ne se doutait probablement pas que l'essai qu'elle venait d'écrire – un défi lancé par un ami – allait marquer l'histoire. Pourtant, 200 ans après sa publication, le roman Frankenstein et ses questions philosophiques sont toujours d'actualité, comme le souligne la professeure de l'Université de Montréal, Céline Lafontaine, en compagnie de Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau.

Mary Shelley, 19 ans, dont la mère était l’une des premières féministes de l’histoire moderne, écoutait ses amis discuter de science et de philosophie quand, par temps de grisaille, le poète Lord Byron a lancé un défi à ses amis : un concours d’écriture. Chaque convive s'est donc engagé à écrire une nouvelle. L'idée de cette histoire tragique d'une créature humanoïde artificielle viendrait d'un rêve de Mary Shelley influencé par certaines réflexions qui animaient le groupe.

« Elle est née d’une mère révolutionnaire et d’un père anarchiste. »

— Une citation de  Céline Lafontaine, philosophe, à propos de Mary Shelley

Portrait de l'auteure britannique Mary Shelley

Getty Images / Hulton Archive

Une histoire tragique

Publié en janvier 1818, Frankenstein porte sur la vie du Dr Victor Frankenstein, qui croit pouvoir vaincre la mort en créant un humain de toutes pièces avec de l’électricité et des morceaux de corps rapiécés. En résulte une créature qui finit par s’enfuir dans le Grand Nord après avoir été rejetée par un groupe d’humains de qui il aurait voulu être l'ami. Le livre débute sur la banquise, alors que le narrateur, un explorateur, raconte sa rencontre avec le Dr Frankenstein à la recherche du monstre.

Frankenstein ou le Prométhée moderne, que Mary Shelley a d’abord publié de façon anonyme, est le fruit de son époque, le début du 19e siècle, alors que les changements sociaux, technologiques et politiques sont nombreux. La Révolution française est encore récente, tout comme les débuts de l’ère industrielle.

Ce plaidoyer pour la science au détriment du religieux représentait, en quelque sorte, un appel à la prudence envers les excès potentiels de la science.

La couverture de l'édition de 1831 du livre Frankenstein de Mary Shelly.

Editions H. Colburn and R. Bentley

Résonnance contemporaine

Ce livre où se côtoient le fantastique et le réalisme a su malgré tout transcender cette époque, entre autres en raison des questions visionnaires qu’il posait.

« C’est une jeune femme qui a, dans son passé, dans sa chair, dans son histoire, la capacité de saisir ce qui se passe. Il y a quelque chose de l’illumination. »

— Une citation de  Céline Lafontaine, professeure à l’Université de Montréal

Mary Shelley contribue ainsi à réintroduire le doute dans la science en montrant que si l’on ne respecte pas la nature, on risque de produire des choses qui se retourneront contre nous. Dans ce monde moderne en train de naître, l’auteure britannique perçoit ainsi l’espoir, mais aussi les périls et les dangers que réserve le monde du futur.

« Le génie de Mary Shelley, c’est de voir que la conquête du monde, la conquête du Grand Nord et la conquête du vivant, c’est la même chose, explique Céline Lafontaine. Et donc, aujourd’hui, ça devrait nous réveiller. »

Le désir d’explorer et de dépasser les frontières connues viendrait donc d’un même désir de pouvoir.

« Nous sommes tous des Victor Frankenstein, parce que nous sommes tous dans cette volonté de puissance, cette volonté de vaincre la mort… »

— Une citation de  Céline Lafontaine, professeure à l’Université de Montréal

Céline Lafontaine sera en conférence immersive dans une installation en 360 degrés à propos de cette œuvre célèbre de Mary Shelley, du 6 au 8 novembre à la Société des arts technologies (SAT) de Montréal (Nouvelle fenêtre).