•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Chronique : Le potentiel empathique de la littérature

C'est fou, ICI Première.
L'empathie, première partie

Chronique : Le potentiel empathique de la littérature

Devenir empathique grâce à la littérature

Un jeune garçon lit un livre allongé.
Les enfants commencent à développer l'empathie dès un jeune âge.PHOTO : iStock
C'est fou, ICI Première.
C'est fou...Publié le 15 novembre 2020

La littérature est l'une des composantes indispensables dans le développement de l'empathie depuis l'enfance. Marie-Michèle Giguère, critique au magazine Lettres québécoises et réalisatrice à Radio-Canada OHdio, nous parle de l'usage de l'empathie émotionnelle, cognitive, et la manière dont ces deux éléments sont utilisés par l'être humain à partir de l'âge de 11  ou 12  ans pour réussir à comprendre l'autre et à se mettre à sa place.

« La littérature pour développer notre empathie n’est pas juste une idée cute; ç’a été mesuré. Il y a le psychologue Raymond Mar, avec des collègues, qui ont découvert que plus les gens lisent de la fiction, quel que soit le genre, plus le score est élevé quand il sont soumis à des tests pour mesurer une forme d’empathie. »

— Une citation de  Marie-Michèle Giguère

La réalisatrice Marie-Michèle Giguère croit que la littérature est un outil servant à développer davantage l’empathie tout au long de sa vie.