•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'essai Bande de colons, sur l'impasse identititaire canadienne

C'est fou, ICI Première.
L'impasse, première partie

L'essai Bande de colons, sur l'impasse identititaire canadienne

L’impasse de l’identité canadienne

Un homme portant un costume fabriqué à partir de plusieurs drapeaux canadiens à l’occasion du 152e anniversaire de la création du pays.
Un homme arbore plusieurs drapeaux canadiens en guise de costume à l’occasion du 152e anniversaire de la création du pays. PHOTO : Radio-Canada / Jean-François Poudrier
C'est fou, ICI Première.
C'est fou...Publié le 19 octobre 2020

« Le Canada, c'est d'abord et avant tout une construction administrative. Ce qu'on voit, c'est à quel point, lorsque vient le temps d'aborder la question "qui sommes-nous" sur le plan des statuts politiques, on bredouille. Ce pays est un bric-à-brac, c'est une mosaïque de références. » L'impasse identitaire est bien incarnée dans le dernier essai d'Alain Deneault, intitulé Bande de colons : une mauvaise conscience de classe. En entrevue, le philosophe explique le malaise des Canadiens par rapport à leur statut politique et aborde cette impasse avec Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard.

« Ce sont les références puisées dans des annales qu’on hisse désespérément au rang de symboles dans l’espoir de développer un fondement, ce qui se révèle une fausse conscience, tout ça pour éviter de nommer un chat un chat et se dire ce que nous n’arrivons pas à faire. Nous sommes des colons, ce serait le mot le plus ajusté. […] Donc, pour nous éviter de nous mesurer à ce choc, on bricole, on sublime. Ça en dit long sur notre malaise par rapport à notre statut. »

— Une citation de  Alain Deneault

« Le colonisateur, c’est le 1 %, la poignée de privilégiés qui façonnent la colonie et les gens qui ont été colonisés », explique Alain Deneault. Les peuples d’origine, quant à eux, se sont trouvés progressivement enfermés dans des réserves, « dans une marginalisation mortifère, violente et génocidaire ». Entre les deux, ajoute le philosophe, il y a ceux qui ne veulent pas se nommer : les colons. Ce ne sont ni les colonisateurs ni les colonisés.