•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

C'est fou, ICI Première.
C'est fou, ICI Première.
Audio fil du dimanche 8 septembre 2019

Entrevue avec Manon Leriche : La pensée de Pierre Falardeau

La pensée de Pierre Falardeau, selon sa veuve, Manon Leriche

Publié le 9 septembre 2019
Le cinéaste Pierre Falardeau en 2009
Le cinéaste Pierre Falardeau en 2009PHOTO : Radio-Canada / Christian Côté

Depuis la mort de Pierre Falardeau, il y a 10 ans, sa veuve, la documentariste Manon Leriche, contribue à garder vivant le discours de ce cinéaste et intellectuel, dont la pensée est empreinte d'un fort désir de liberté pour tous les peuples, dont le peuple québécois.

Je n’aurais jamais pensé faire ça, mais on dirait que ça s’est fait un peu tout seul, explique la complice de longue date du fervent indépendantiste lors de son entrevue avec Serge Bouchard et Jean-Philippe Pleau.

Depuis que son conjoint a succombé à un cancer, le 25  septembre 2009, elle a publié certains de ses livres, dont Le jardinier des Molson, le dernier scénario du cinéaste. Elle est également derrière l’exposition Pierre Falardeau, l'homme révolté, présentée jusqu’au 14 octobre au Musée des communications et d’histoire de Sutton.

« Il aimait les gens. Il aimait son peuple. Il défendait, il parlait pour ceux qui n’avaient pas la parole. »

—  Manon Leriche, documentariste et veuve de Pierre Falardeau

Manon Leriche, qui a coréalisé avec Pierre Falardeau le documentaire Le steak, en 1992, croit que l’intention de son conjoint – un « grand tendre » – n’a jamais été de maîtriser l’art de l’insulte. Je ne pense pas qu’il voulait vraiment insulter. C’est du pamphlet, c’est une critique.