•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

En circuit fermé avec Serge Bouchard : Le journal de mon père

C'est fou, ICI Première.
La vieillesse, première partie

En circuit fermé avec Serge Bouchard : Le journal de mon père

Hommage de Serge Bouchard à la bienheureuse simplicité de son père

Image en noir et blanc d'une forêt de conifères dans le brouillard.
Une forêt fortement embruméePHOTO : iStock
C'est fou, ICI Première.
C'est fou...Publié le 1 février 2021

« J'ai vu vieillir mon père. Je lui parlais tous les jours puisque nous occupions la même maison, sur le bord du fleuve, à Pointe-aux-Trembles. Mes parents habitaient le logement du haut; nous habitions, ma femme et moi, celui du bas. » Serge Bouchard relate la philosophie de la vie toute simple de son père, un homme qui n'a pas laissé grand-chose à sa mort, sinon le souvenir d'un homme heureux, selon l'animateur.

Ce dernier raconte qu’il est tombé sur les journaux de vieillesse de son père en faisant le ménage des dossiers de celui-ci, mort à l’âge de 82 ans.

« Pendant sept ans, jusqu’au jour de sa mort, il avait colligé ce que représentait le fil de ses jours. »

Serge Bouchard explique que son père y déposait le détail de ses petits bonheurs quotidiens, de ces choses qui rendent l’existence plus légère.

« Occupé par l’inutile, il n’a jamais eu le temps de s’inquiéter, note Serge Bouchard. Être vieux faisait parfaitement son affaire. »