•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

En circuit fermé : Le chandail numéro 14 des Canadiens

C'est fou, ICI Première.
Audio fil du dimanche 26 mai 2019

En circuit fermé : Le chandail numéro 14 des Canadiens

Le chandail numéro 14 du Canadien, un éditorial de Serge Bouchard

Claude Provost
Claude Provost avait un «visage unique, propre à jouer au cinéma», selon Serge Bouchard.PHOTO : Canadien de Montréal
C'est fou, ICI Première.
C'est fou...Publié le 27 mai 2019

Claude Provost était l'idole de jeunesse de Serge Bouchard. Mais, malgré ses mille matchs joués dans la Ligue nationale de hockey – tous avec le Canadien –, ce joueur au visage unique a sombré dans l'oubli, regrette l'animateur et antropologue dans son éditorial « En circuit fermé ».

« Dire "Claude Provost," c’est évoquer toutes mes années heureuses : le Forum, le hockey, les éliminatoires contre Detroit... », relate Serge Bouchard. Ce dernier raconte comment cet homme robuste et acharné a remporté neuf Coupes Stanley et compté le but le plus rapide, quatre secondes après le début d’une partie. Il habitait dans l’est de Montréal et se faisait surnommer « Joe » par ses coéquipiers.

« Un homme si simple était un candidat idéal à l’oubli […] On a oublié la sueur du travailleur, celui qui, jour après jour, courait sur la glace », déplore Serge Bouchard.

« Son visage inoubliable devrait se retrouver en 3D au plafond du Centre Bell. C’est lui, le vrai fantôme du Forum. »

— Une citation de  Serge Bouchard