•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Militer pour que le trauma crânien grave soit vu comme une affection chronique

Le Dr Alexis Turgeon lors d'une entrevue à la radio.
Le Dr Alexis Turgeon est intensiviste à l’hôpital de l’Enfant-Jésus et il codirige le Consortium canadien de recherche en traumatismes craniocérébraux (CTRC). PHOTO : Radio-Canada / Anne-Sophie Roy
Publié le 6 novembre 2023

Au Canada, 1,5 million de personnes vivent avec un traumatisme cérébral acquis au cours de leur vie. Cette affection grave mène à des séquelles émotionnelles, psychologiques, mais aussi fonctionnelles. C'est pourquoi le Consortium canadien de recherche en traumatismes craniocérébraux (CTRC) presse Ottawa de reconnaître les traumatismes cérébraux graves comme une affection chronique.

Le Dr Alexis Turgeon, intensiviste à l'hôpital de l'Enfant-Jésus, milite pour cette reconnaissance de la part d'Ottawa.

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser