•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Boulevard du Pacifique, ICI Première.

Un projet d’usine de fabrication d’anticorps thérapeutiques à Vancouver

Publié le 24 juin 2021
plan d'un batiment.
L'entreprise de biotechnologie AbCellera, basée à Vancouver, construit une nouvelle usine.PHOTO : Offert par AbCellera

« C'est la première usine du genre au Canada [...] notre but est d'avoir l'usine opérationnelle au début de l'année 2024 », se réjouit Véronique Lecault, co-fondatrice et chef des opérations de AbCellera.

L'entreprise de biotechnologie AbCellera, basée à Vancouver et spécialisée dans la recherche d’anticorps, élargit ses opérations.

Abcellera a pour projet de construire une usine de 130 000 pieds carrés destinée à la production d'anticorps et à la fabrication de médicaments pour lutter contre la COVID-19.

L’usine est l'extension logique pour être capable d’aller d’une idée jusqu’à la génération de molécules qui peuvent être utilisées dans des essais cliniques, explique la co-fondatrice et chef des opérations de l’entreprise.

AbCellera compte embaucher une centaine d’employés supplémentaires grâce à ce projet : Cela va nous permettre de créer des emplois, de générer des opportunités pour le talent qui est créé dans les universités, mais aussi d'avoir la capacité de fabrication d’anticorps thérapeutiques ici, au Canada, résume Véronique Lecault.

« On a vu durant la pandémie comme c’est important d’avoir la capacité de fabrication de thérapies, on espère que ça va nous permettre d’être mieux préparés en tant que Canadiens pour les futures pandémies. »

—  Véronique Lecault, co-fondatrice et chef des opérations de AbCellera.

Ce projet, qui dépasse les 200 millions de dollars, est en partenariat avec le gouvernement du Canada par le biais du Fonds stratégique pour l’innovation. Ça coûte cher de développer de nouvelles thérapies, mais l’impact que ça a sur les patients, sur notre communauté, sur la science et sur l’avancement des technologies est très grand, confie Mme Lecault.

« On travaille sur la prochaine génération de thérapies avec un nouvel anticorps qui a l’habileté de neutraliser les nouveaux variants. »

—  Véronique Lecault, co-fondatrice et chef des opérations de AbCellera.